Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.multidimensions.over-blog.com

LE CHOIX DE MPADI SIMON-PIERRE : LE TITANIC OU LE BATEAU MYSTERIEUX DE NZADI N'SANGA

23 Juillet 2011 , Rédigé par Lucas Publié dans #RELIGION ANCESTRALE

 

prisonniers.jpg

 

Ils ne sont pas morts, nos prophètes, nos sauveurs, Mfumu Simon Kimbangu et Mfumu Mpadi Simon-Pierre. Ce grand Congo leur appartient et il n'est pas loin ce temps là où les vannes vont être lachées pour que la vérité spirituelle de notre continent apparaisse au grand jour, cette vérité qui s'en trouve toujours étouffée comme un petit légume sous de géants palmiers ou de gros arbres ombrageux.  Oui, il y aura un temps où ces gros arbres seront coupés et jetés au feu pour permettre au petit légume de bénéficier du soleil et ainsi pousser correctement. Mfumu Simon Kimbangu et Mfumu Mpadi Simon-Pierre, c'est eux qui les abattront. Le prophète Mpadi ne cessait de le dire :" Toutes les solutions aux problèmes du Congo, et pourquoi pas de l'Afrique et du monde entier, sont dans nos mains". Et mfumu Kimbangu avait prédit : "Dans les jours à venir, l'arbre verra ses racines au soleil et ses feuilles dans la terre". C'est l'annonce du changement total de l'ordre actuel des choses dans ce monde. Et tout cela partira de la République Démocratique du Congo.

 

Pays des miracles et des mystères divins, le Congo en est un. Parmi tant d'autres incalculables, incomptables, en voici celui qui s'est déroulé sur un petit lac appelé "Nzadi Nsanga", au village de Kibambi, dans la province du Bas-Congo, en République Démocratique du Congo. Nzadi en dialecte kongo, signifie fleuve et le petit lac qui s'étend dans la vallée de N'sanga, se nomme Nzadi N'sanga.

 

De la prison de Kibambi où ils étaient internés, un groupe de prisonniers avait pris sur leurs épaules le tonneau à kaka et à urines noué sur deux sticks solides, et se dirigeaient comme d'habitude pour balancer son contenu dans la petite rivière qui partait du lac.

En milieu du chemin menant vers la vallée, ils virent au loin un gros bateau, un paquebot, appareillé sur le lac et duquel fusaient des chansons bien connues de l'église des Noirs en Afrique. Ils n'en crurent pas leurs yeux et se demandèrent bien si cen'était pas un rêve, voire un "mirage". Mais tous se redirent vite compte que c'était la réalité, toute palpable. Pris de peur, ils se débarrassèrent du récipient qu'ils transportaient et coururent vers la prison pour annoncer la nouvelle de l'apparition de ce bateau sur le lac.

Vite la nouvelle se répandit comme une traînée de poudre à travers toute la contrée, et les gens accoururent sur la berge pour contempler le mystérieux navire. Il était de douze étages et de chaque étage, des hommes et femmes, vêtus d'habits kaki, chantaient, jubilaient dans une effervescence totale Les chants étaient tellement emballants que tous les spectateurs qui les connaissaient, se mirent aussi, dans une frénesie totale, à les chanter, mouvant les bras en l'air.

 

Mes pères me racontent que l'autorité coloniale, une fois saisie de ces faits, et croyant aux "Bisimbi", les esprits des rivières, amenèrent argent, sacs de sel et autres marchandises pour essayer de les dompter, mais c'était peine perdue.

Des canons furent dirigés vers le bateau, canons d'où partirent de milliers de boulets pour détruire le bateau, mais en vain. Des tireurs d'élite de l'armée coloniale furent réquisitionnés pour envoyer des salves vers le navire : peine perdue. Le bateau resta intact et personne dans le bateau ne fut touché.

Ils croyaient tirer des balles et des boulets réels, mais, ce n'était que du vent pour ces passagers venus l'on ne sait d'où ! Plus ils tiraient, plus l'ambiance allait crescendo !

 

Le commandant du bateau, Mfumu Pierre Zunza (c'est le prophète Mpadi qui dévoilera son nom plus tard), expliquait aux nombreux spectateurs venus contempler le bateau miraculeux que leur mission consistait à marquer du sceau celui que Wamba wa Mpungu Tulendu, le Dieu de nos ancêtres, le Dieu de la rece noire, avait choisi comme berger pour faire paître ses brebis. Ce berger n'était autre que le jeune Mpadi.

Il se fit qu'à ce moment-là, le jeune Mpadi était en vacance à Kibambi et son père, Mfumu Nsiala Mbata, l'avait pris avec lui pour aller voir ce bateau de Nzadi Nsanga. Et c'est là que tous les passagers du bateau, à l'arrivée de Mpadi sur la berge,  le montraient du doigt, au grand étonnement de son père, en disant : "Voilà celui que nous sommes venus choisir".

Ils étaient au nombre de 77.777.777.000, c'étaient tous des anges, et ce sont les mêmes qui apparurent à Ndona Luila dia Kiwula qui les nourrit avec 48 épis de maïs et une poignée d'arachides grillées le 22 février 1920.

 

Ceci se passa le 23 novembre 1919, quand le petit enfant Mpadi avait encore dix ans.

 

SOUTENEZ VOTRE BLOG

Avez-vous le désir de soutenir financièrement votre BLOG, comme l’ont suggéré certains lecteurs qui ont apprécié le service ?

Pa de souci alors !

Vous pouvez le faire par

ORANGE MONEY

au numéro suivant  00243 89 307 26 20

Merci.

Notre souci, vous servir toujours et bien !

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

washington dc private tours 08/08/2014 14:06

The fate of the titanic was horrendous. It was the biggest, safest ship ever made during that period. A solid build was its tag line. Yet it ended up sinking in its first journey itself. Talk about serious mess up due to sheer un luck.

lucas 09/08/2014 13:01

i can say that it was biggest than Titanic because it came from heavens ! Understand ? Thank U.

lucas 09/08/2014 12:58

Titanic is just used to signify the big, the wonderful boat of 12 levels, never seen by my fathers and colonialists, in such a small lake.