Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.multidimensions.over-blog.com

SIMON KIMBANGU ET SIMON-PIERRE MPADI EGALENT JESUS-CHRIST ET MOÏSE, MAHOMET ET LE BAB, KRISHINA ET BOUDDHA

3 Août 2011 , Rédigé par Lucas Publié dans #RELIGION ANCESTRALE

A beau mentir celui qui vient de loin.

Celui qui vient de loin vous raconte tout ce qu'il y a de plus inimaginable et vous prend pour des naïfs, pour des avale-tout, pour des enfants...pour des cons (excusez-moi l'expression) qui n'ont aucune jugeotte devant les faits ou les circonstances qui se pointent devant eux ou carrément sur ce qu'il vous fait avaler..

C'est ainsi que ceux-là qui se croient être les descendants de Jésus ou encore mieux l'élite qui a pris la relève de Jésus, ont été démystifés et sont devenus sujets d'un haïssement de la part de ceux-là même qu'ils ont pris pour des bêtes ou de bons écoliers à qui il faut tout inculquer.

C'est vrai que le christianisme a été imposé à nos ancêtres qui ont dû malgré eux abandonner le chemin spirituel propre à eux qui leur était tracé pour finalement marcher sur celui du nouveau venu, sur celui des étrangers. Et c'est à partir de ce moment  précis que l'on peut maintenant faire allusion à la dérive, à la perdition, au vagabondage spirituel du peuple noir, du peuple congolais, du peuple africain.

 

Un jour mon père me disait, pendant qu'il était avec son ami : "hé fils, va dire bonjour à ton papa".

Je le regardai dans les yeux et lui demandai : "c'est toi mon papa" ?

Et c'est mon père qui a répondu à sa place : "oui bien sûr que c'est ton papa". Il est comme moi.

Un autre jour j'avais faim et je dis à ma mère : "je vais chez mon papa là-bas chercher à manger".

Ma mère s'étonna en ces termes : "quel papa ? Qui t'a dit que celui-là est ton papa ?"

Je retorquai : "mais maman, je lui dois du respect non ?"

"Bien sur que oui, mais il n'est pas ton père"

"Ah bon ? Bien, je veux le savoir s'il est vraiment mon papa comme l'a dit l'autrefois papa".

 

Un jour, je rentrai de l'école et je vis mon autre papa.

"Hé fils ? Me héla-t-il, ça va toi, tu as passé une bonne journée à l'école".

"Non, dis-je" !

"Mais pourquoi donc non ? Dis-moi tout "?

"J'ai donné une chiquenaude à un copain et le maître m'a battu et après j'ai proferré quelques mots inaudibles et il a cru que je l'ai injurié et m'a fait agenouiller en me faisant soulever une chaise.

Et encore, avant cela j'ai été appelé par le Direcole et il m'a dit que j'ai une dette vis-à-vis de l'école sur les frais scolaires.

Et dans les deux cas, ils ont besoin de votre présence pour rencontrer le Préfet de discipline et le Direcole afin de solder le compte. Pouvez-vous venir avec moi demain, papa" ?

"Ben...oui...non...ben voyons donc..."balbutia-t-il.

"Qu' y a-t-il, papa"?

"Euhh... pour cela, dis-je, il faut aller avec votre papa, c'est lui qui est le mieux placé pour régler tout cela"

"Et toi papa, tu es aussi mon papa, non" ?

"Non, écoute-moi, fils, je suis le papa de ton copain et je ne suis pas ton vrai papa. Tu m'appelles papa comme mon fils Abelo, ton copain, m'appelle papa et appelle aussi ton père à toi papa. C'est un peu cela, quoi ? Il y a des plate-bandes sur lesquelles on ne peut pas marcher, tu comprends au moins ce que je voudrais dire..." !

Je lui tournai le dos en lui disant "OUI JE COMPRENDS".

Et je fouttai le camp.

Il n'était donc pas du tout mon père, malgré ma gentillesse, mon affection envers lui. Je ne pouvais donc rien atendre de lui bien que je le prenais pour mon papa.

 

A la maison, je fis rapport à mon papa et à ma mère de l'incident de l'école et des échéances à régler auprès du Direcole. Papa et maman m'écoutèrent attentivement.

Papa s'adressa à maman : "Tu vois, si tu aurais au moins reglé ce compte avec l'argent que j'avais prévu, tu as plutôt préféré venir en aide à mon oncle, et jusqu'à présent, il ne t'a pas encore remboursé. je te dis et t'assure que c'est de l'argent jeté dans la gueule du crocodile. Tu ne l'auras jamais, crois-le moi et je connais bien mon oncle.

"Ne t'en fais pas mon fils, demain on va régler tout ça, je passe par ton école avant de me rendre au travail. Et je vais lui dire un mot à ce petit pédagogue et pourquoi pas lui casser sa boîte...oh non, c'est pour amuser la galerie que je dis ça. Alors, qu'on nous sert à manger, qu'est-ce qu'il y a au menu, maman" ?

J'aimai entendre ainsi parler mon père et des fois il utilisait de ces expressions propres au capitaine Haddock quand quelqu'un lui faisait monter la tête ou quand il voulait juste se détendre.

Une fois au lit,  le film de la journée me revint à l'esprit et me dis en moi-même que je n'ai qu'un seul vrai papa, celui-là même qui m'a engendré et qui s'occupe de moi en tout et pour tout, qu'il bruine, qu'il vante ou qu'il neige ou qu'il pleuve.

 

Jésus-Christ est bel et bien le Fils de Dieu et mon père me disait que je Lui dois tous les égards dus à un Fils de Dieu, à un Sauveur, mais ajoutait-il : "Sache le bien qu'il va t'écouter quand tu lui demanderas quelque chose mais te renverra toujours auprès de ton Sauveur". Et mon père chercha une Bible, le livre sacré des juifs, et me lit le chapitre consacré à la femme qui  a présenté à Jésus son bébé pour qu'il fût guerri et à qui Jesus-Christ répondit qu'il ne pouvait en aucun cas prendre de la nourriture réservée aux siens pour la donner aux chiens. Certaines langues disent que Jésus avait épprouvé la foi de cette femme. Mais c'était que vérité dans ce sens qu'Il disait cela tout en sachant que cette femme était étrangère ou arabe et que les étrangers ou les arabes ont leur voie de salut tracée par leur Dieu, sur laquelle se dressent leurs sauveurs. La femme avait insisté et Jésus-Christ avait fini par guerrir son fils, tout comme Mpadi Simon-Pierre posait ses mains sur la tête des hommes blancs qui allaient  le rencontrer dans sa cité sainte de Songa-Ntela, dans la région de Bas-Congo, en République Démocratique du Congo.

 

Un cantique de l'Eglise des Noirs en Afrique s'intitule : "MWANA NZAMBI WA YISA KUA BANDOMBE, KANSI NDOMBE MU YUNGANA BENA". Comme pour dire :

Le Fils de Dieu est venu chez les noirs

Mais les noirs en sont toujours ignorants

Ils s'en vont adhérer dans les églises étrangères

Cherchant à découvrir le Sauveur des Noirs.

Ils s'en vont auprès des salutistes

Ils s'en vont chercher auprès des catholiques

ils s'en vont chercher auprès des protestants

Ils sont voués à disparaître dans ces églises

Dans ces églises venues de loin de l'étranger.

Dites à tout ce monde perdu, de revenir auprès du Sauveur (nois).

Tralalala Tralalala Tralala lalalalala.

 

Mon voisin avec qui je partageai le siège double du bus qui me transportait un jour lisait une petite revue, et du coup, il se mit à somnoler. Nous devrions parcourir 180 kilomètres pour arriver à destination. La plupart des passaient étaient emportés par le sommeil. La revue glissa de ses mains et tomba sur le parquet. Je la ramassai et m'apprêtai à la lire. Sur la couverture se dessinait un grand titre : "LE NOM DE ESUS SE VEND BIEN" !

Oui ! Jesus se vend bien !

Quand on voit le nombre d'églises qui éclosent, qui poussent au grand jour comme des champignons et au grand étonnement du commun des mortels, l'on se demande si nous ne revivons pas l'époque de la ruée vers l'or aux Amériques. Jésus est or. On s'autoproclamme Pasteur, Homme de Dieu, Général, Archibishop, et on se dit l'Oint de Dieu, le Saint...bref, celui en qui Dieu, Jésus, s'est revélé. On ne mange, on ne jure, on ne respire que par Jésus-Christ.

On le proclamme, on le loue...un peu trop, voyons, à la manière des pharisiens. On passe sur les plateaux de télévision où les caméras font un zoom sur les chaussures que portent l'homme de Dieu dont le cuir est en parfaite harmonie avec le pantalon et la veste qu'il porte, sur sa coiffure, son facies bien rasé, et même sur la griffe du couturier.On récolte l'argent par-ci, par-là, au nom de l'église, on se taille une grande part d'amitié dans les circuits politiques, question de se protéger, de se rendre influent, d'avoir accès facile à tous les couloirs de la bourgeoisie.

Le nom de Jésus se vend bien !

Les bus qui assurent le transport urbain sont pris d'assaut par des hommes de Dieu, des prédicateurs de tous bords, de tout plumage, de tout accabit qui se mettent à prêcher du point de départ du bus jusqu'au lieu de débarquement. Sur toutes les lignes de la capitale (congolaise), Kinshasa, au même moment que les bus vont déverser les passagers sur différents lieux ; bureaux, marchés, sociétés, entreprises, au même moment, plus de mille pasteurs prédicateurs, évangélistes, prennent les bus d'assaut. Ils suivent les mouvements du bus aux heures où il y a une grand affluence des passagers : c'est à la sortie le matin et au retour, le soir, de la population active. Des collectes sont proposées aux passagers, soit-disant pour contribuer à la construction, à l'élevation de l'oeuvre de Dieu.

"Je me rends à l'hôpital général où il y a un frère ou une soeur en Christ qui doit être opéré d'urgence et il me faut au moins 20 dollars que je dois apporter rapidement. Si dix personnes peuvent prendre cette somme à leur charge moyennant 2$ par chacune, la soeur sera opérée et Dieu va vous donner au centuple". C'est comme cela que parlait un prédicateur.

Un autre prêchait et avait fini par demander une somme d'argent aux gens de bonne volonté pour location des chaises et musique en vue de l'organisation d'une campagne biblique.

 

Mais pourquoi cet engouement à faire de Jésus une star ? Pour qui les gens travaillent-ils ? Pour louer véritablement le nom de Jésus ou ont-ils des ambitions mercantiles en option. Quand l'on sait qu'après chaque rencontre spirituelle, qu'après chaque campagne évangélique, qu'après chaque culte, organisés dans des stades, sur des grandes esplanades et qui draînent de foules immenses,  il y a des envelopes contenant les offrandes, la dîme, l'offrande du prédicateur, les frais de construction de l'assemblée de Dieu, qui emplissent les paniers.

C'est cet argent qui a été la cause des disputes, de divorce, de séparation dans différentes églises de réveil. Chacun veut avoir son église et gérer lui-même ses finances. Les disputes, la séparation, l'église des noirs en Afrique en a connu aussi ! Plus de vint églises des noirs actuellement sont sur le marché de Dieu.

Quelle est la vraie église laissée par Moîse et Jésus-Christ ?

Quelle est la vraie église des noirs laissée par Kimbangu et Mpadi ?

Les une et les autres ne peuvent-elles pas se coaliser et orment un puissant tout ? C'est vrai que la lumière et l'ombre ne peuvent cohabiter ensemble, les huiles et l'eau ne peuvent se mélanger, le vrai et le faux ne peuvent s'assembler puisque le faux sera vite reconnu.

 

Qui est le successuer de Jésus-Christ ? Est-ce le papa, le chef du Vatican.

Mom père me disait, quand j'étais petit que le Pape est le Chef de tous ces missionnaires qui nous ont apporté le mensonge et qui nous a détournés de notre voie spirituelle en utilisant le nom de Jésus-Christ. J'étudais au collège Notre-Dame en ce moment-là et répondit à mon père en disant que c'est eux qui nous ont apporté les habits, du savon, du sel, l'écriture, les livres. Si je sais parlé français aujourd'hui, c'est grâce à eux, non ?

 

"Oui, mais tu as raison de dire cela. Mais le plan de Dieu devait se réaliser tout de même et nous aurions dû avoir notre écriture tôt ou tard, comme les chinois, comme les arabes.

Mais qu'à cela ne tienne ! Tu apprends le français et c'est la langue qui te permettra de raconter à la face du monde l'histoire spirituelle de tes ancêtres et de dénoncer ceux qui ont voulu l'enterrer.

Tu sais mon fils, quand on veut attraper un rat au piège, ce n'est pas avec un caillou qu'on l'attire, n'est-ce pas ? Ce n'est pas avec une pierre qu'on attire un poisson ? Il faut un appât fait de viande, du sucre, du salé, une belle noix, un beau et gras ver de terre.

Et nous les noirs sommes pris dans ce piège des jambes au cou. Nous chantons, nous dansons, nous buvons, sans pour autant savoir ce que nous sommes exactement. Nous nous ignorons. Et l'intelligence des blancs nous a aigris, nous a rendus infifférents à nos problèmes, à nos soucis communs.

Nous prions du matin au soir mais hélàs, nos coeurs sont toujours endurcis, durs comme pierre. On se déteste, on s'entretue, on se repousse.

 

"Mais père, ils sont là pour nous léguer la bonne nouvelle apportée par Jésus, non" ? Jésus est Dieu, le Sauveur du monde entier, et il n' y a d'égal pour lui.

"Oui ! mon fils, qu'on ne te trompe pas, l'appât dont je te parle, c'est cette bonne nouvelle-là. Elle est bonne, sucrée, douce, saine, mais des gens malintentionnés, à la solde d'un maître des ténèbres, se la sont  appropriée pour assouvir leurs faims, pour étancher leur soif", brefs pour réaliser leurs agendas cachés et leurs fins machiavéliques.

Attends fils, je vais te lire un passage où Jésus lui-même reconnaît qu'il n'est pas Dieu, quand bien même vos pasteurs s'évertuent à proclamer Jésus comme Dieu.

Une hache dans les mains d'un bûcheron n'a rien de suspicion dans le mental des gens, mais imaginez-vous une hache dans les mains d'un fou, personne ne prendra le chemin sur lequel ce fou est signalé. Cette image est d'Eisntein Albert, le grand physicien sur le nucléaire. Enstein n'excellait pas seulement sur le côté sciences, mais avait aussi un penchant pour le verbe.

Le miel apparaît comme un doux repas dans les mains d'une maman qui nourrit son enfant avec, mais imaginez-vous la tasse de mil dans les mains d'uns sorcière qui doit nourrir cet enfant !

C'est pareil à la parole inscrite dans la bible. Elle est douce, sucrée...mais elle s'est retrouvée dans les mains de ceux qui la transforme en produit d'extermination spirituelle des peuples, les déviant de leur destinée tracée depuis la création.

 

Et mon père ouvrit la Bible qu'il gardait dans un coin. Il feuilleta jusqu'à se positionner sur le chapitre 24, du livre d'évangile selon Saint Matthieu. Et il se mit à lire à haute voix :

 

"Comme Jésus s'en allait, au sortir du temple, ses disciples s'approchèrent pour lui en faire remarquer les constructions.

24:2

Mais il leur dit : Voyez-vous tout cela ? Je vous le dis en vérité, il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soit renversée.

24:3

Il s'assit sur la montagne des oliviers. Et les disciples vinrent en particulier lui faire cette question : Dis-nous, quand cela arrivera-t-il, et quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde ?

24:4

Jésus leur répondit : Prenez garde que personne ne vous séduise.

24:5

Car plusieurs viendront sous mon nom, disant : C'est moi qui suis le Christ. Et ils séduiront beaucoup de gens.

24:6

Vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerres : gardez-vous d'être troublés, car il faut que ces choses arrivent. Mais ce ne sera pas encore la fin.

24:7

Une nation s'élèvera contre une nation, et un royaume contre un royaume, et il y aura, en divers lieux, des famines et des tremblements de terre.

24:8

Tout cela ne sera que le commencement des douleurs.

24:9

Alors on vous livrera aux tourments, et l'on vous fera mourir ; et vous serez haïs de toutes les nations, à cause de mon nom.

24:10

Alors aussi plusieurs succomberont, et ils se trahiront, se haïront les uns les autres.

24:11

Plusieurs faux prophètes s'élèveront, et ils séduiront beaucoup de gens.

24:12

Et, parce que l'iniquité se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira.

24:13

Mais celui qui persévérera jusqu'à la fin sera sauvé.

24:14

Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin.

24:15

C'est pourquoi, lorsque vous verrez l'abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, établie en lieu saint, -que celui qui lit fasse attention ! -

24:16

alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes ;

24:17

que celui qui sera sur le toit ne descende pas pour prendre ce qui est dans sa maison ;

24:18

et que celui qui sera dans les champs ne retourne pas en arrière pour prendre son manteau.

24:19

Malheur aux femmes qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là !

24:20

Priez pour que votre fuite n'arrive pas en hiver, ni un jour de sabbat.

24:21

Car alors, la détresse sera si grande qu'il n'y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu'à présent, et qu'il n'y en aura jamais.

24:22

Et, si ces jours n'étaient abrégés, personne ne serait sauvé ; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés.

24:23

Si quelqu'un vous dit alors : Le Christ est ici, ou : Il est là, ne le croyez pas.

24:24

Car il s'élèvera de faux Christs et de faux prophètes ; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s'il était possible, même les élus.

24:25

Voici, je vous l'ai annoncé d'avance.

24:26

Si donc on vous dit : Voici, il est dans le désert, n'y allez pas ; voici, il est dans les chambres, ne le croyez pas.

24:27

Car, comme l'éclair part de l'orient et se montre jusqu'en occident, ainsi sera l'avènement du Fils de l'homme.

24:28

En quelque lieu que soit le cadavre, là s'assembleront les aigles.

24:29

Aussitôt après ces jours de détresse, le soleil s'obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées.

24:30

Alors le signe du Fils de l'homme paraîtra dans le ciel, toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l'homme venant sur les nuées du ciel avec puissance et une grande gloire.

24:31

Il enverra ses anges avec la trompette retentissante, et ils rassembleront ses élus des quatre vents, depuis une extrémité des cieux jusqu'à l'autre.

24:32

Instruisez-vous par une comparaison tirée du figuier. Dès que ses branches deviennent tendres, et que les feuilles poussent, vous connaissez que l'été est proche.

24:33

De même, quand vous verrez toutes ces choses, sachez que le Fils de l'homme est proche, à la porte.

24:34

Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point, que tout cela n'arrive.

24:35

Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point.

24:36

Pour ce qui est du jour et de l'heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père seul.

24:37

Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l'avènement du Fils de l'homme.

24 :38

Car, dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche ;

24:39

et ils ne se doutèrent de rien, jusqu'à ce que le déluge vînt et les emportât tous : il en sera de même à l'avènement du Fils de l'homme.

Pour ce qui est du jour et de l'heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père seul."

 

Et mon père se mit à commenter sur les séducteurs de ce monde, utilisant mille astuces qu'ils appellent miracles, pour ramener à eux des foules des hommes, femmes, enfants, tous naïfs et grisés, floués, troublés par les miracles. Et Emmanuel Jésus dit : "Prenez garde, que personne ne vous séduise".

Il commenta sur le verset 36 et dit : " Tu vois, mon fils, il n' y aqu'un seul Dieu au ciel, c'est le Tout-Puissant Lui-même, qui connaît le jour et l'heure où cela arrivera. Personne au ciel ne le sait, ni la foule des anges, ni lui-même Jésus.

 

A beau mentir celui qui vient de loin. Ils nous racontera tant d'histoires inventées, non fondées, essayant de parvenir à nous  convaincre...et il y parviendra...car il usera des signes, des miracles, qui étonneront et feront s'émerveiller des foules immesnes des naîfs, d'ignorants. "Mon Dieu, mon peuple périt par manque de connaissance", lit-on dans un passage de la bible.



Mon père, sachant que je le suivais avec attention, me dit une anectode, qui se raconte autour du feu du soir dans nos villages.

"Une maman partit au champ et attendait son enfant qui devait sortir de classe à midi et  la rejoigne la-bas dans la vallée. Quand l'enfant quitta la grande route pour prendre le sentier qui mème vers la vallée, il appela sa mère en portant ses mains à la bouche comme pour en faire un micro et amplifier ainsi sa voix. Ohé ! Ohé! Mamaaaann ! Je viens de quitter la grand route, où es-tu ? La maman saisit le message de son enfant et cria à son tour : prends le petit sentier et plus bas tu verras deux autres sentiers, alors tu prends celui au bord duquel j'ai planté un bout de feuille de palmier. Prends celui-là, tu as entendu ?. L'enfant arriva à l'endroit où les deux sentiers se présentèrent, l'un va à gauche et l'autre vers la droite. Il ne tint compte ni de gauche ni de droite, mais s'engagea sur celui-là où était piqué le bout de feuille de palmier. Et il s'engagea sur le sentier qui mène vers la demeure du diable. Le diable avait entendu la mère donner des consignes à son fils, et est vite allé sur le lieu pour changer le signalment routier."

"Je crois que tu comprends mon fils, me demanda mon père" sûr de lui ? 

"Oui mais.."

"Comment oui...mais ? Nous nous sommes tous engagés sur une voie erronée, sur une voie qui mène vers la mort. Nous sommes tous victimes d'un destin...spirituel...détourné.

"Et alors papa, sommes-nous tous voués à la mort ? C'en est fini pour nous "?

"Nous devons faire volte-face, nous devons nous rebeller et quiiter ce sentier satanique pour revenir sur notre le nôtre. Il nous faut chercher et retrouver notre destin spirituel, coûte que coûte, au prix des sacrifices intenses et gagner ainsi la confiance de notre Dieu. Notre Dieu est noir. Quoi qu'il en fasse, quoi qu'il en tourne, un bouleversement total des choses est à attendre.

Je regardais mon père, stupéfait et me demandais : "Mais où est-ce qu'il puise tout ce qu'il me raconte là ?"

C'est le monde noir à la dérive spirituelle. L'éveil spirituel, l'éveil patriotique, deux armes époustouflantes qui feront de nous de vaillants combattants pour retoruver la voie tracée pour notre destin et sur laquelle nous marcherons jusqu'à faire de notre Congo une cité universelle, sacrée, aux mamelles nutritives de l'Afrique et du monde.

Lucas

SOUTENEZ VOTRE BLOG

Avez-vous le désir de soutenir financièrement votre BLOG, comme l’ont suggéré certains lecteurs qui ont apprécié le service ?

Pa de souci alors !

Vous pouvez le faire par

ORANGE MONEY

au numéro suivant  00243 89 307 26 20

Merci.

Notre souci, vous servir toujours et bien !

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article