Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
www.multidimensions.over-blog.com

religion ancestrale

67ème ANNIVVERSAIRE DE LA MORT DE SIMON KIMBANGU : PREMIER SAUVEUR DES AFRICAINSS

13 Octobre 2018 , Rédigé par Lucas Publié dans #RELIGION ANCESTRALE

couple spirituel de la REMPAD
couple spirituel de la REMPAD

couple spirituel de la REMPAD

Drapeau REMPAD, Flutistes REMPAD, Photo KIMBANGU-LULENDO-MPADI
Drapeau REMPAD, Flutistes REMPAD, Photo KIMBANGU-LULENDO-MPADI
Drapeau REMPAD, Flutistes REMPAD, Photo KIMBANGU-LULENDO-MPADI

Drapeau REMPAD, Flutistes REMPAD, Photo KIMBANGU-LULENDO-MPADI

12 Octobre 1951, 12 Octobre 2018, voilà déjà, jour pour jour, 67 ans bien révolus, depuis que le Premier Sauveur KIMBANGU DIATUNGUNUA a quitté cette terre des hommes.

Et les MPADISTES, fidèles à la coutume, mobilisés comme un seul homme, sous la conduite éclairée de SON EMINENCE BOSEKOTA KITEDIKA MPADI, REPRESENTANT LEGAL, CHEF SPIRITUEL DE LA CONFESSION RELIGIEUSE « RELIGION MPADISTE », (en sigle REMPAD), NKULUNTU-a-zi-NTUMUA, GARDIEN DE LA FOI MPADISTE, vont se rassembler ce 14 octobre 2018 au Siège Social et Administratif, sis 124, 3ème Rue, Quartier MALEMBA, Commune de Matete (réf. Croisement Route Ma Crevette et 3ème Rue), pour célébrer en toute allégresse, le 67ème ANNIVERSAIRE de la MORT  de celui qui est le PREMIER SAUVEUR du PEUPLE AFRICAIN, partout où qu’il soit à travers le monde.

Mais, les SAUVEURS ne MEURENT pas, mais ils VOYAGENT et vont s’asseoir, chacun sur le TRÔNE céleste lui réservé. Ils ont toujours parmi nous en esprit.

Né d’une manière mystérieuse et décédé aussi de la même manière, cet HOMME n’est nullement de ce monde nous référant aux exploits combien inédits, combien grandioses qu’aucun autre humain sur terre n’ait jusque-là accomplis, en si peu de temps, tout au long de son Ministère Divin qui n’aura duré que l’espace de six mois, dont trois en public et trois autres en toute clandestinité, car traqué par le COLONISATEUR BELGE qui en voulait à sa tête.

Six mois seulement au cours desquels 146 macchabées ont recouvré la vie et 17892 malades ont été guéris de leurs maux et handicaps au grand dam des colons flamands, des missionnaires catholiques et protestants, et de tous les ennemis opposés à la SPIRITUALITE AFRICAINE. Des aveugles, des sourds, des paralytiques, des bossus, des handicapés, tous eurent gain de cause et virent chacun, son mal disparaître juste par imposition de main du Sauveur. Les charlatans, les sorciers, les magiciens  se dépouillèrent de leurs bagages occultes jetés au feu. C’est FORMIDABLE, C’est INCROYABLE ! Et toutes les maisons de santé, toutes les entreprises de Kinshasa et des environs se vidèrent de leurs malades et de leurs personnels. Tous ne pensaient qu’à aller RECEVOIR, à NKAMBA, la main salvatrice du SAUVEUR DES AFRICAINS. Une ère nouvelle, un soleil nouveau, prenait jour en AFRQUE !

Et c’est là que les ennemis des Africains, les COLONS FLAMANDS, de connivence avec le clergé catholique t protestant, sous le chapeautage de la Royauté Belge et du Vatican, tinrent des conciliabules au cours desquels ils décidèrent d’éliminer KIMBANGU DIATUNGUNA. Il fut soumis à une parodie de procès qui ne pouvait aboutir que sur la PEIN DE MORT. Le ROI BELGE en décida autrement et opta pour une mesure d’assouplissement de PRISON A VIE et TRAVAUX FORCES.

Le Premier SAUVEUR des Africains a subi son martyr, pauvre innocent, comme EMMANUEL a eu à  en souffrir sur le Chemin de la Croix qui l’aura conduit à la mort à Golgotha (selon la Bible). La REMPAD reconnaît bien EMMANUEL comme étant le Second SAUVEUR, après MOÏSE, venus tous deux sur Terre UNIQUEMENT pour le Salut Eternel des peuples issus des douze tribus d’Israël. EMMANUEL ou Jésus n’est pas LE SAUVEUR UNIVERSEL comme l’occident voudrait bien l’INCULQUER dans la CONSCIENCE DES AFRICAINS. Les FRONTIERES DE LA SPIRITUALITE d’une race donnée sont INVIOLABLES et ne peuvent en aucun moment être TRANSGRESSEES, sinon c’est la perte totale de son IDENTITE, de sa PERSONNALITE et de ses RACINES..Aucune RELIGION ne peut empiéter sur les plates-bandes de l’autre.

 

Et c’est là le COMBAT ultime DE LA SPIRITUALITE que n’ont cessé de mener nos deux SAUVEURS  KIMBANGU et MPADI face à l’INVASION des RELIGIONS ETRANGERES qui ont  façonné une fausse IDENTITE  dont-elles ont revêtu l’AFRIQUE TOUTE ENTIERE, COMBAT qui leur ont valu emprisonnement, relégation et mort injustes.

Le PREMIER SAUVEUR KIMBANGU est MORT le 12 octobre 1951 et le SECOND, PAPA MPADI, le 19 Mars 1991. Grâce à la mesure du ROI des Belges, KIMBANGU s’est retrouvé à la Prison d’Elisabethville (Province de Katanga). Bien avnt cela, il avait prédit qu’après LUI viendrait son SUCCESSEUR, un DEUXIEME SIMON qui sera DUR COMME PIERRE. Lui aussi, après le début de son Ministère Divin, le 07 Septembre 1939, sera arrêté le 13 du même mois, et après plusieurs transfèrements à travers plusieurs prisons de la RDCongo, il finira par atterrir à la Prison d’Elisabethville où il sera accueilli par KIMBANGU. Voyez comment notre DIEU, WAMBA WA MPUNGU TULENDO arrange  les choses. Que c’est MERVEILLEUX ! Pendant que les COLONS FLAMANDS et leurs complices Missionnaires Catholiques, Protestants et Salutistes (CAPROSAL) croient les faire souffrir, ils oublient que quelque part LE PLAN DE DIEU est en train de se réaliser.

Les deux SAUVEURS ont passé une vie carcérale entourée de tout traitement allant à l’encontre des Droits Humains, vie qu’ils ont partagée ensemble pendant CINQ ANS, CINQ MOIS et VINGT-SIX JOURS. Cette RENCONTRE préparée par WAMBA WA MPUNGU TULENDO leur a permis de  se concerter profondément et de faire une REMISE ET REPRISE sur les AFFAIRES CELESTES, qu’ils finiront par ranger dans TROIS DOSSIERS intitulés, en dialecte kongo : «  MATUTA, MATUKANGA, MATUBINDA »., ce qui signifie : « Ce dont nous avons parlé », « Ce que nous avons arrêté » et «  ce que nous avons mis en suspens ».

KIMBANGU a VOYAGE après TRENTE ANS de prison, le 12 Octobre à 15 heures, après 48 tentatives d’assassinat par des moyens occultes et inhumains mijotés par les COLONS. A la 49ème tentative, et KIMBANGU sentant la fin de sa mission, a accepter de se faire examiner au centrez médical de la prison. Et c’est là que ses ennemis l’ont empoisonné.

Les Deux Sauveurs ont VOYAGE, vivent nos SAUVEURS !

Mais après eux, y a-t-il UN ELU choisi pour continuer à faire paître leur TROUPEAU de brebis Africaines ? Les CHARLATANS, les IMPOSTEURS se revêtant de tous les NOMS IMPRESSIONANTS et même de ceux de MPADI et de KIMBANGU, élèveront leurs voix sur la place publique pour s’autoproclamer HERITIERS des Sauveurs.

La sagesse NTANDU (Kongo-Central) nous dit : «  GO KISALU KA KI NGEYE KO, KA KI NGEYE KO », c’est-à-dire : «  SI TU N’ES PAS CHOISI A UN POSTE, N’Y VA PAS PAR FORCE OU PAR  IMPOSTURE ».

Ou encore : « NGOLA KUNA MASA, TUMBA BAN’TUMBA, KAYALA MPAMBA KO » comme pour dire en français : «  CE N’EST PAS D’ELLE-MÊME QUE LA SILURE EST REINE DANS NOS RIVIERES, C’EST LA NATURE QUI L’A VOULU AINSI».

Tous ces récits événementiels marquant la SPIRITUALITE AFRICAINE, partant de la CREATION du MONDE avec l’apparition de nos deux premiers parents Africains NZALAPANDA et KITELE KINAMBU, en passant par KIMPA VITA, jusqu’à l’avènement de KIMBANGU et de MPADI, vous les saisirez auprès de la RELIGION MPADISTE, conduite par le SEUL et UNIQUE HERITIER DE KAMBANGU ET MPADI au nom de LULENDO BOSEKOTA KITEDIKA MPADI PORTEFEUILLE. C’est lui seul et personne d’autre. Et son nom ne se retrouve sur aucune de l'occultisme ou des loges à travers le monde.  Tout individu oeuvrant, prestant au nom de MPADI ou de KIMBANGU en dehors du CADRE DE LA REMPAD, n’est qu’un SIMPLE IMPOSTEUR, UN PECHEUR EN EAU TROUBLE visant à conduire les paisibles BREBIS AFRICAINES de KIMBANGU et MPADI droit vers le RAVIN DE LA PERDITION.

 

LUCAS

TEL : 089 307 26 20

Lire la suite

NAISSANCE DES SAUVEURS AFRICAINS : SIMON KIMBANGU ET MPADI

12 Septembre 2018 , Rédigé par Lucas Publié dans #RELIGION ANCESTRALE

Photos : 1) Kimbangu, 2) Mpadi, 3) Couple Spirituel Rempad, "Sude de Nongueurs" ou Pasteurs Mpadistes, 5) Deux Fidèles Mpadistes
Photos : 1) Kimbangu, 2) Mpadi, 3) Couple Spirituel Rempad, "Sude de Nongueurs" ou Pasteurs Mpadistes, 5) Deux Fidèles Mpadistes
Photos : 1) Kimbangu, 2) Mpadi, 3) Couple Spirituel Rempad, "Sude de Nongueurs" ou Pasteurs Mpadistes, 5) Deux Fidèles Mpadistes
Photos : 1) Kimbangu, 2) Mpadi, 3) Couple Spirituel Rempad, "Sude de Nongueurs" ou Pasteurs Mpadistes, 5) Deux Fidèles Mpadistes
Photos : 1) Kimbangu, 2) Mpadi, 3) Couple Spirituel Rempad, "Sude de Nongueurs" ou Pasteurs Mpadistes, 5) Deux Fidèles Mpadistes
Photos : 1) Kimbangu, 2) Mpadi, 3) Couple Spirituel Rempad, "Sude de Nongueurs" ou Pasteurs Mpadistes, 5) Deux Fidèles Mpadistes
Photos : 1) Kimbangu, 2) Mpadi, 3) Couple Spirituel Rempad, "Sude de Nongueurs" ou Pasteurs Mpadistes, 5) Deux Fidèles Mpadistes

Photos : 1) Kimbangu, 2) Mpadi, 3) Couple Spirituel Rempad, "Sude de Nongueurs" ou Pasteurs Mpadistes, 5) Deux Fidèles Mpadistes

La Rempad, Religion Mpadiste, va célébrer, ce dimanche 23 septembre 2018, les 129è et 109è Anniversaires de Naissance des deux Sauveurs Africains Simon Kimbangu Diatungunguna et Mpadi Buka Makengo Nsuka, venus au monde respectivement le 24 septembre 1889 et le 25 septembre 1909.Le premier est né à 8h00 et le Second à 10h00. Si le Premier est décédé le 12 octobre 1951 dans la prison de Lubumbashi, le second, Lui, est mort le 19 mars 1991 à Kinshasa. En fait, les Sauveurs ne meurent pas, mais voyagent, c'est dire qu'ils sont toujours ensemble avec nous, mais en esprit. 

Ce dimanche 23 septembre donc sera, pour la Rempad une journée de très grande importance où s'est réalisée la prophétie de Ndona Nsimba Béatrice faite le 02 juillet 1706, jour de son martyr subi sur le bûcher ardent, prophétie annonçant le retour de son fils, Kembu dia Nzenza va Kintete avec qui elle consumait sous les flammes, qui reviendrait sous le nom de Kimbangu.

Leur naissance est pleine de faits mystérieux, lesquels ont prouvé à la face du monde qu'ils n'étaient pas des gens de ce monde. Ils étaient et ils sont d'en haut ! Et ce dans ce sens que Son Emminence Lulendo Bosekota Kitedika Mpadi, Représentant Légal et Chef Spirituel de la Religion Mpadiste, Gardien de la Foi Mpadiste, va décortiquer ce sujet en vue de faire voir à la foule qui y est invitée le plan mystérieux de Dieu lié à la naissance de ces deux Grandes Manifestations Divines. Le plan mystérieux pour le salut de l'Afrique toute entière d'abord, et du monde, en général.

Il est important de signaler que si l'Afrique a accédé aux indépendances, c'est grâce à ces deux grandes personnalités. Et Kimbangu et Mpadi restent les deux seuls Sauveurs des peuples Africains. Il n' y a jamais eu de troisième sauveur, et quiconque se proclamerait ainsi ne serait qu'un imposteur pur et simple, semant le désordre et de l'embrouille dans le monde de la spiritualité africaine et dans l'esprit des innocentes brebis africaines.

Il n'y a jamais eu de troisième sauveur partout où s'était déclarée la parole de Dieu : Il y a eu Jésus et Moïse, Mahomet et Le Bab, Krishna et Bouddha, et pour l'Afrique Kimbangu et Mpadi.

Rendez-vous donc est donné pour ce dimanche 23 septembre 2018,  au N° 124 de la 3è Rue à Kinshasa/Matete.

Nous vous ferons rapport de tout ce qui va s'y passer et aurez en primeur les images.

 

 

 

Lire la suite

LIBERATION DE MPADI -SORTIE DE PRISON DE MPADI - 58è ANNIVERSAIRE

30 Mai 2018 , Rédigé par Lucas Publié dans #RELIGION ANCESTRALE

IMAGES FETE DE LA LIBERATION A KINSHASA - LE 06 MAI 2018
IMAGES FETE DE LA LIBERATION A KINSHASA - LE 06 MAI 2018
IMAGES FETE DE LA LIBERATION A KINSHASA - LE 06 MAI 2018
IMAGES FETE DE LA LIBERATION A KINSHASA - LE 06 MAI 2018
IMAGES FETE DE LA LIBERATION A KINSHASA - LE 06 MAI 2018
IMAGES FETE DE LA LIBERATION A KINSHASA - LE 06 MAI 2018
IMAGES FETE DE LA LIBERATION A KINSHASA - LE 06 MAI 2018
IMAGES FETE DE LA LIBERATION A KINSHASA - LE 06 MAI 2018
IMAGES FETE DE LA LIBERATION A KINSHASA - LE 06 MAI 2018
IMAGES FETE DE LA LIBERATION A KINSHASA - LE 06 MAI 2018
IMAGES FETE DE LA LIBERATION A KINSHASA - LE 06 MAI 2018
IMAGES FETE DE LA LIBERATION A KINSHASA - LE 06 MAI 2018
IMAGES FETE DE LA LIBERATION A KINSHASA - LE 06 MAI 2018
IMAGES FETE DE LA LIBERATION A KINSHASA - LE 06 MAI 2018

IMAGES FETE DE LA LIBERATION A KINSHASA - LE 06 MAI 2018

RELIGION MPADISTE

REMPAD

La seule et l’unique voie du salut de l’homme Africain.

 

 

« SPECIAL FETE DE LIBERATION »

05 MAI 1960 - 05 MAI 2018  - 58ème Anniversaire

 

MOIS DE MAI, MOIS DE LIBERATION

 

Selon le plan bien mijoté par le colonialiste belge et les missionnaires Caprosal (Catholiques, Protestants, Salutistes), aucun adepte Mpadiste envoyé à la relégation ne devrait rentrer à la case de départ (province du Kongo Central), ils devraient tous mourir, loin de chez eux dans la forêt équatoriale (Bandundu/Equateur) où les colons les avaient installés, afin que soit balayée toute trace du mouvement spirituel de Kimbangu et Mpadi. Si leurs fidèles étaient condamnés à une relégation à vie, qu’en était-il alors de leurs leaders ? Il fallait les faire souffrir, les torturer et les faire mourir à petit feu. En bref, Kimbangu y est resté, car il est arrivé aussi au terme de sa mission et a trouvé son successeur (après 30 ans de prison illégale) et Mpadi, lui, est retourné à la terre d’origine pour continuer cette colossale œuvre sacrée destinée au salut de l’Homme Africain (21 ans de vie carcérale non méritée).

 

Nombre de personnes ont entendu parler de cet Homme hors du commun des mortels, au nom de Mpadi ; nombre l’ont vu de visu, nombre aussi lui ont adressé la parole, serré la main, discuté, parlé  avec lui, nombre encore ont vécu dans son entourage immédiat comme  disciples,  comme  notables, mais seulement,  faute  de   lucidité,  faute d’informations   et  de renseignements issus  d’une source  sûre  et fiable, et encore,  faute de mieux connaître, de mieux appréhender sa personnalité, étant donné qu’elles sont toutes, les unes et les autres, enracinées dans le doute, dans le mal, elles ne pouvaient malheureusement pas savoir le situer, le placer sur son orbite céleste et le reconnaître comme tel dans sa profonde dimension spirituelle dont il est l’émanation.

 

C’est Lui, MPADI BUKA MAKENGO NSUKA PULULU ZA NSUNGU  KEMBO DIA NZENZA VA KINTETE qui est à l’honneur ce mois de mai, mois de libération. Mois de délivrance, de cassure des menottes, des liens et des chaînes qui nous assujettissent. C’est lui le Second Sauveur des Africains, né le 25 septembre 1909 et voyagé (Elévation à la gloire céleste) le 19 mars 1991. C’est Lui qui a repris le bâton de commandement après KIMBANGU SIMON, le Premier Sauveur des Africains, né le 24 septembre 1889 et voyagé (Elévation à la gloire céleste) le 12 octobre 1951.

 

MPADI BUKA MAKENGO NSUKA, c’est Lui le Refondateur de la Religion Ancestrale, existant depuis le début des temps, le temps de la création,  laquelle religion  a été détruite, saccagée et interdite de fonctionnement par les envahisseurs occidentaux, qui, sous couvert du vocable CIVILISATION,  à apporter aux Africains, leur ont plutôt imposé, de force, leurs religions. C’est Lui, le seul africain de l’époque  qui s’est présenté, tête haute, au devant de l’autorité coloniale, c’est Lui qui a su braver l’autorité belge alors à l’apogée, pour lui annoncer  sa décision de réhabiliter, sur recommandation  divine, émanant de notre Dieu Wamba   Wa Mpungu Tulendu,  la Religion Ancestrale.

 

Le Mpadisme, prôné par la Religion Mpadiste, demeure toute une philosophie, un courant de multiples faits, d’actions, de visions, de lamentations,  de pensées, d’enseignements doctrinaux  authentiques et d’abondante sagesse liés à la spiritualité de l’Homme Africain.

 

Le Mpadisme est depuis des temps, la seule, l’unique et vraie voie du Salut de l’Homme Africain, voie qui s’est vue  coupée,  obstruée,  barricadée  par  l’invasion  du christianisme depuis le 15ème siècle, et ce, de connivences avec l’autorité étatique (coloniale).

Le Mpadisme, c’est la voix de KIMBANGU DIATUNGUNA et de MPADI BUKA MAKENGO NSUKA, relayée par leur rejeton, l’unique, le vrai, qui n’est autre que Son Eminence LULENDO BOSEKOTA KITEDIKA MPADI, Représentant Légal et Chef Spirituel de la Religion Mpadiste, Nkuluntu-a-zi-Ntumua (Roi des rois), Gardien de la Foi Mpadiste, à qui, ils ont  légué tous les pouvoirs spirituels pour mener à bien cette dure et lourde tâche consistant à  répandre au monde la bonne nouvelle du Salut de l’Homme Africain afin de le tirer du gouffre de perdition et d’enlisement ou mieux d’aliénation mentale, culturelle et spirituelle, dans lequel l’ont balancé la colonisation, voilà déjà six siècles.

 

LULENDO BOSEKOTA KITEDIKA MPADI, investi de la pleine puissance de KIMBANGU et de MPADI, est donc ce clairon qui retentit sur le toit du monde, pour inviter tout Africain, où qu’il soit, en Amérique, en Europe, en Asie, en Océanie, à venir embarquer, avant qu’il ne soit trop tard, à bord du bateau du SALUT qu’est la RELIGION MPADISTE, en sigle, REMPAD. Ce message est destiné également au monde entier pour que soit mis, comme on dit, de l’ordre dans la boutique afin que chaque peuple puisse retrouver sa vraie voie du salut spirituel.

 

LULENDO BOSEKOTA  KITEDIKA MPADI, c’est la voix de Kimbangu et de Mpadi qui crie nuit et jour pour l’éveil  de  l’Homme  Africain afin que ce dernier puisse  prendre conscience de son identité, de sa destinée spirituelle,  puisse  sortir  des  sentiers  tordus  et puisse marcher enfin sur  sa  propre  voie  spirituelle  lui tracée

depuis la création par notre Dieu, WAMBA WA MPUNGU TULENDU.

 

Le Mpadisme, c’est cette gomme qui vient effacer toutes les erreurs doctrinales du passé en matière de spiritualité, erreurs dont les Africains, comme des oies, se sont fait gaver au fil des siècles par des envahisseurs et missionnaires venus de tous bords et lesquelles erreurs leur ont fait perdre  leur personnalité, leur culture, leur modus vivendi. Ne dit-on pas qu’un peuple sans culture, sans indépendance spirituelle est un peuple mort ? Et qu’il n’y a pas de développement, d’épanouissement et de progrès réels d’un peuple sans spiritualité propre ?

 

Le Mpadisme, c’est cette religion pour laquelle Ndona KIMPA VITA ISIPA (baptisée Nsimba Béatrice) fut portée sur l’échafaud et brûlée vive avec son enfant de quatorze mois sur le dos. Elle fut incinérée sur l’ordre du père missionnaire BERNARDO et son complice LOURENZO. Par cet acte, les assassins avaient un seul message à faire passer : «  quiconque s’évertuerait à la continuité de la pratique du culte de Dieu des ancêtres, subirait le même sort que KIMPA». Sous le coup des flammes qui la consumaient, elle laissa entendre cette prophétie : « Cet enfant  mourant avec moi dans ce brasier,  reviendra un jour sous le nom de KIMBANGU. C’était le 02 juillet 1706. Pour ceux qui utilisent le nom de KIMPA à tort ou à raison, il y a  lieu de savoir qu’il renferme les initiales des noms de nos deux Sauveurs  Africains : « KI = KIMBANGU et MPA = MPADI ». KIMPA VITA était une Princesse du royaume de Kongo. Quel était le nom authentique de son père et celui  de sa mère ? Son Eminence LULENDO BOSEKOTA KITEDIKA MPADI demeure la seule personne qui peut apporter la lumière sur ces choses.

 

Deux siècles plus tard, se réalisait la prophétie de KIMPA VITA : le 24 septembre 1889 à 08h00 du matin,  naissait dans la localité de Nkamba, dans la province du Kongo Central, un enfant mort-né  puis réanimé par la suite grâce aux rites traditionnels. Il fut nommé  KIMBANGU DIATUNGUNA.

 

Dès son jeune âge, cet enfant surdoué, manifesta des signes comportementaux qui furent de lui un être extraordinaire, lesquels signes éveillèrent l’attention des missionnaires catholiques et protestants qui se rappelèrent alors de la prophétie de KIMPA VITA.  Ayant entendu la voix de Wamba wa Mpungu Tulendu, Kimbangu commença son ministère divin le 18 mars 1921 qu’il exerça pendant seulement six mois, dont trois en public et trois autres en clandestinité, étant traqué par le colonisateur belge (flamand)  soutenu par l’église catholique. Il avait ressuscité 146 MORTS  et guéri 17892 MALADES. Il sera ensuite appréhendé, jugé (sans défenseur juridique) comme hérétique puis condamné à mort  par un tribunal des plus ignobles, des plus injustes, des plus expéditifs qui soient, bref un tribunal de la honte. Suite à la mesure de clémence royale, sa peine de mort  fut commuée en prison à perpétuité et  travaux  forcés,  d’où  son  transfèrement  vers  la prison de Buluwo à Likasi (Jadothville) d’abord, puis, ensuite, vers la prison centrale d’Elisabethville (Lubumbashi) dont les travaux de construction venaient d’être achevés. Il sied de noter que Kimbangu ne reçut, durant toute sa vie carcérale aucun membre de famille et jamais il n’a été transféré à la prison de Boma.

 

MPADI BUKA MAKENGO NSUKA, né le 25 septembre 1909, eut, lui aussi une enfance très caractéristique, toute émaillée de nombreux faits et événements mystérieux qui furent de lui un « HOMME PAS DE CE MONDE ».

De 1916 à 1934, il exerça chez les Protestants à Sona-Bata comme Pasteur-Catéchiste, puis de 1934 à  1939, à l’Armée du Salut ,  en qualité de Capitaine, sorti de  la  première Promotion Basakoli ya Mpiko. Communiquant mystérieusement avec Kimbangu alors en prison, celui-ci lui fit part de la volonté de WAM BA WA MPUNGU TULENDU qui venait de le choisir pour assurer sa succession. Mpadi quitta Henri Becquet et s’en alla rétablir, le 07/09/1939 à Kinsangi (Madimba), la religion de nos ancêtres portant aujourd’hui le nom de RELIGION MPADISTE.

Arrêté lui aussi le 13 septembre 1939 à Kinsangi, il sera déféré, seul, sans défense, devant un tribunal ecclésiaste d’exception  composé de la manière suivante  :

Juge  Président  (Pierre  Reyckmans - Gouverneur Général) ;

 Ministère Public (Monseigneur Delle Piane) ; Greffier (Monseigneur Verwing) ; 85 assistants composés d’autorités étatiques, colons belges, missionnaires CAPROSAL (catholiques, protestants et salutistes).  Mais, MPADI, par la puissance divine, put se défendre vigoureusement et ses propos vexèrent le Juge Président qui le condamna avec refus catégorique d’interjeter un quelconque appel. C’était vraiment une parodie de procès. Et c’est ici que commence la vie carcérale de Mpadi. Il fut interné dans plusieurs prisons : Ndolo, Mbandaka, Basankusu,  Befale, Ango, Madimba, Boma avant d’être finalement transféré à la Prison d’Elisabethville le 16/04/1946 aux côtés de  KIMBANGU avec qui il vivra pendant cinq ans, cinq mois et six jours. Papa Mpadi sera conduit de la prison de Lubumbashi vers celle de Buluwo où il séjournera jusqu’à sa libération officielle, le 01/05/1960. Il regagnera par après la prison de Lubumbashi et le 05/05/1960, par un vol DC-4 de Sabena Airlines,   il atterrira à l’aéroport de Nd’jili où il sera accueilli avec pompe par une foule immense venue de tous les coins de la capitale et des environs et aussi par des autorités comme  Monsieur NZEZA NLANDU, Fondateur de l’ABAKO.

 

 

Tous nos ancêtres, tous nos anges au nombre de 77.777.777.000 avec à leur tête MFUMU ESTEK et MFUMU BULAMATADI TOWEL et encore nos deux Sauveurs KIMBANGU et MPADI sont tous avec nous ici en ces lieux, pour célébrer ensemble, dans la grande liesse, cette FETE DE LIBERATION.

 

 

SOYEZ BENIS, LIBERES, ET BONNE FETE A TOUS !

 

Lucas

Lire la suite

MPADI BUKA MAKENGO NSUKA : LE DERNIER DES SAUVEURS - 27ème ANNIVERSAIRE DE SON VOYAGE SPIRITUEL (MORT)

6 Février 2018 , Rédigé par Lucas Publié dans #RELIGION ANCESTRALE

Les Sauveurs ne meurent jamais, ils voyagent et sont toujours parmi nous. Mpadi Buka Makengo Nsuka, Lui, est le dernier des Huit Sauveurs qui soient descendus ici sur terre pour accomplir, chacun, sa mission qui lui avait été, dès la création du monde, attribuée, et chacun d'eux dans une contrée juridictionnelle lui désignée.

Mpadi Buka Makengo Nsuka lui est venu porter la lumière aux quatre coins du monde suite au flou artistique et prédominant dans lequel le monde actuel s'est enlisé par rapport à la spiritualité. Mpadi est venu lever ce coin de voile sous lequel se cache le mensonge bien mijoté depuis des siècles par des gens à la conscience noire et faisant  des humains des êtres leur appartenant et qu'ils devraient conduire, aveugles,  vers des destins noirs. Et c'est là la cause de sa captivité par les colons et l'Eglise chrétienne.

Mpadi Buka Makengo Nsuka nous révèle que ce monde est dirigé par huit Sauveurs qui sont : Simon Kimbangu et Lui-même Mpadi pour la porte céleste de l'EST, Moïse et Emmanuel pour la porte céleste du Sud, Mahomet et Le Bab pour la porte céleste du NORD et enfin Krishna et Bouddha pour celle de l'Ouest. La matière est abondante et c'est en parcourant les différents articles du blog que vous découvrirez le secret de la création, création bien différente par rapport à celle connue à ce jour à travers le livre de la Bible.

Du 19 mars 1991 au 19 mars 2018, voilà bientôt 27 ans, au jour le jour, qui vont sonner, depuis que le SECOND SAUVEUR MPADI BUKA MAKENGO A VOYAGE. 110 Ans d'existence depuis sa naissance en 1909. Une vie  dur labeur, de dur travail, une vie de prionnier. Mpadi s'est mis donc à construire comme NOE, son embarcation, LA RELIGION MPADISTE, qui doit sauver tout celui qui croit en lui, africain, européen, asiatique, arabe, tout le monde. Bien sûr qu'il est venu pour les Africains, mais comme il est le dernier Train, il embarquera tout le monde et déposera chacun qui s'accroche à lui devant sa porte céleste, ou du moins lui en indiquera le chemin. Car pour toutes les autres races, leur porte céleste a été déjà fermée et le nombre de ceux qui sont acceptés au Ciel par la porte du Sud est connu : 144.000, seulement des enfants d'Israël (pas un seul chinois, pas un seul arabe, pas un seul africain n'y est entré).

27 ANS D'OR ! Cela se fête, cela se chante ! Et la RELIGION MPADISTE, sous la conduite de Son Eminence LULENDO BOSEKOTA KITEDIKA MPADI, Le Représentant Légal et Chef Spirituel de la Religion Mpadiste, Gardien de la Foi Mpadiste, Nkuluntu a zi Ntumua (le Chef au dessus de tous les chefs religieux et monarques de ce ce monde), s'attèle déjà à l'organisation d'un GIGA 27 ANS d'Anniversaire de la Mort (Voyage) du Second Sauveur Mpadi Buka Makengo Nsuka.

Une GIGA Fête qui exigerait la participation de tout homme épris de bonne volonté et à la quête de la vérité divine qui fait défaut dans ce monde actuel. Elle se déroulera à SONGA-NTELA, la Cité Sainte de la RELIGION MPADISTE, située sur la route nationale n° 1, entre Luila et Sona-Bata ( -+/- 100 km de Kinshasa), du 17 au 19 mars 2018.

Eprouvez MPADI, expérimentez MPADI en participant à l'organisation et à la réussite de ce BIG EVENT, où que vous habitiez sur cette terre, sans considération d'appartenance raciale, tribale, aux comptes ci-dessus avec mention "27 Ans)" :

Comptes BCDC : (RELIGION MPADISTE)

USD 00011-00101-00001134448-26,

CDF 00011-00101-00001134447-29

 

Comptes Ornage Money : Luc

0893072620

 

Ou :

Vous pouvez déposer votre contribution à l'adresse suivante :

3ème Rue, Route Ma Crevette (Quartier Debonhomme), n° 124/384, Commune de Matete/Kinshasa

Contribuer FINANCIEREMENT ou MATERIELEMENT à la réussite de cette FETE, c'est secouer l'arbre aux fruits savoureux, aux abondantes bénédictions qui vont pleuvoir sur vous-même et sur toute votre famille.

Télécharger les photos ci-jointes, encadrez-les et placez le cadre dans votre salon, dans votre chambre, selon votre choix. Acceptez-les comme tels ;  posez leur vos préoccupations, (rester en position assise, la jambe gauche sur la droite, le regard fixé vers l'EST) ; ils vous répondront et vous vivrez alors des choses nouvelles dans votre vie.

BON ANNIVERSAIRE A PAPA KIMBANGU ET PAPA MPADI (puisqu'ils ne font qu'un) et BONNE FETE A TOUTES ET A TOUS;

 

 

 

MPADI BUKA MAKENGO NSUKA : LE DERNIER DES SAUVEURS - 27ème ANNIVERSAIRE DE SON VOYAGE SPIRITUEL (MORT)
MPADI BUKA MAKENGO NSUKA : LE DERNIER DES SAUVEURS - 27ème ANNIVERSAIRE DE SON VOYAGE SPIRITUEL (MORT)
MPADI BUKA MAKENGO NSUKA : LE DERNIER DES SAUVEURS - 27ème ANNIVERSAIRE DE SON VOYAGE SPIRITUEL (MORT)
MPADI BUKA MAKENGO NSUKA : LE DERNIER DES SAUVEURS - 27ème ANNIVERSAIRE DE SON VOYAGE SPIRITUEL (MORT)
Lire la suite

JESUS EST-IL DIEU ?

28 Novembre 2017 , Rédigé par Lucas Publié dans #RELIGION ANCESTRALE

Mpadi : le Second Sauveur des peuples Africains, Kimbangu étant le 1er au même pied d'égalité que Moïse et Jésus, venus pour sauver uniquement les enfants d'Israël ; que Mahomet et Le Bab pour les Arabes et Krishna et Bouddha pour les asiatiques.
Mpadi : le Second Sauveur des peuples Africains, Kimbangu étant le 1er au même pied d'égalité que Moïse et Jésus, venus pour sauver uniquement les enfants d'Israël ; que Mahomet et Le Bab pour les Arabes et Krishna et Bouddha pour les asiatiques.
Mpadi : le Second Sauveur des peuples Africains, Kimbangu étant le 1er au même pied d'égalité que Moïse et Jésus, venus pour sauver uniquement les enfants d'Israël ; que Mahomet et Le Bab pour les Arabes et Krishna et Bouddha pour les asiatiques.
Mpadi : le Second Sauveur des peuples Africains, Kimbangu étant le 1er au même pied d'égalité que Moïse et Jésus, venus pour sauver uniquement les enfants d'Israël ; que Mahomet et Le Bab pour les Arabes et Krishna et Bouddha pour les asiatiques.
Mpadi : le Second Sauveur des peuples Africains, Kimbangu étant le 1er au même pied d'égalité que Moïse et Jésus, venus pour sauver uniquement les enfants d'Israël ; que Mahomet et Le Bab pour les Arabes et Krishna et Bouddha pour les asiatiques.

Mpadi : le Second Sauveur des peuples Africains, Kimbangu étant le 1er au même pied d'égalité que Moïse et Jésus, venus pour sauver uniquement les enfants d'Israël ; que Mahomet et Le Bab pour les Arabes et Krishna et Bouddha pour les asiatiques.

C’est la journée mondiale de la Bible, ce 23 novembre, attend-on dire à travers les  médias du monde entier. Mais, ces temps sont révolus où il n’est plus permis de commercer les êtres humains en les vendant comme des bêtes à des tierces personnes à un prix donné et qui, elles aussi iraient les revendre à un prix triplement supérieur à celui d’achat pour le simple goût de s’enrichir.

Ils sont aussi enterrés ces moments d’exercer l’esclavagisme spirituel ou de toute autre forme que ce soit sur les populations autrefois  naïves, comme les peuples africains, et qui, aujourd’hui, doivent être aidés à sortir leur tête de la boue pour voir clair et chercher à trouver leur vraie voie du salut.

Cela fait mal d’entendre, toujours par les médias, que par exemple, le catholicisme fait des percées en terre asiatique pour s’attirer davantage des fidèles afin de ne pas laisser d’espace libre à l’islamisme qui se trouverait en tête des religions du monde par rapport au nombre d’adhérents.

Cet état des choses nous permettent d’user de l’expression qui parlé de violation des plates-formes d’autrui. Et en matière de religion, aucune n’a ce droit d’aller empiéter sur les plates-bandes de l’autre étant donné que chacun, là où il est, est régi par des lois émises par sa doctrine depuis le début des temps. Toute religion qui va à la conquête de l’univers soi-disant pour gagner des âmes en plus, apparaît comme une fausse religion ayant comme base doctrinale, des fondements destinés à la perdition des âmes humaines pour le compte d’Apollon,  de Zeus, de Satan, de Lucifer, de 666.

Le catholicisme, est-ce un courant religieux laissé par Jésus ? Et l’Eglise Orthodoxe, est-elle une autre ? Que dirait-on du Protestantisme, du Salutisme ? Ne sont-elles pas le produit d’une dissidence née d’un déficit d’incompréhension dans le partage des postes ou du butin dans le chef des leaders  aux appétits sombres et gloutons d’enrichissement illicite ?

Comment l’Armée du Salut avec ses insignes « SS » sur les épaules de ses fidèles est-elle devenue une église chrétienne, alors que les deux SS signifiaient, à l’époque coloniale, vers 1934, date de son arrivée au Congo-Belge  « Soup et Soap » en anglais, ce qui veut dire en français « Soupe et Savon ».

Elle avait le statut ou l’identité précise d’une ONG venue pour s’occuper des pauvres autochtones en leur apportant de l’aide nécessaire pour leur maintien sanitaire. C’est ainsi qu’elle devrait assurer la distribution des repas, des produits cosmétiques et médicamenteux à travers diverses contrées.

« Salvation Army », est-ce l’armée de Jésus ? et c’est pour sauver qui ?

Comme de fil à aiguille, suivant l’exemple d’en haut, les africains croyants chrétiens se sont rebellés à leur tour. Ils se sont départis des églises chrétiennes dont ils étaient membres pour des motifs peut-être signalés ci-haut et ont bâti leurs temples personnels où chacun règne en maître absolu, en leader incontesté. Le goût du lucre, de la préciosité, de la grandeur (culte de personnalité, chasse aux belles dames), voilà bien des choses auxquelles se livrent ces gens qui aujourd’hui se surnomment hommes de Dieu pour effacer, pour cacher, pour voiler leurs actes sordides, leur face réelle. Ils portent, comme on dit, la peau de brebis sur eux pour se faufiler dans la bergerie alors qu’ils sont des véritables lions.

Le Pape est-il le descendant de Jésus à qui il a laissé le trousseau de clés ? Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise ! Qui est ce Pierre ? Est-ce le Pape ? Et ce l’autre-là ? Non ! Vraiment, le monde doit retrouver l’ordre dans lequel il devrait être régi depuis la Création ! Il y a quelque part, une vilaine main qui s’est emparé du monde et sous laquelle croupissent tant des âmes innocentes, tombées dans les serres de l’épervier par manque de connaissance, par manque de guide digne de ce nom.

Il y a quelque part un Maître invisible qui ne voudrait voir une âme sauvée montant vers le ciel et qui voudrait être appelé dieu en lieu et place de Dieu Créateur. Il veut être nourri d’applaudissements, d’éloges, de louanges, de sacrifices humains, du sang humain. Il y a sur cette terre des hommes qui ont signé des pactes sombres avec ce Maître pour accomplir la salle besogne, celle consistant à détourner les âmes de leur droit chemin en vue de se les saisir et de les apporter au Maître. Les hommes politiques ne sont pas en reste. Ils ont souscrit dans des loges du monde d’où ils doivent tirer puissance, pouvoir, autorité. Les miaulements des peuples ne leur font  rien du tout, au contraire, comme chez les fauves, ils ne font qu’attiser leurs appétits gloutons d’enrichissement. Plus le peuple croupit dans la misère la plus noire, plus le Maître est content et plus son enfant (par exemple : homme d’affaires puissant, ministre, président de république, roi, empereur) est béni.

Une question ? Tous ces hommes de dieu ne prêchent que par le nom de Jésus, par le nom de la Bible, mais pourquoi, étant tous des oiseaux de même plumage, ne s’assembleraient-ils pas en un tout, en un seul groupe qui réunirait tous les chrétiens ? Pourquoi chacun doit-il exercer dans son coin à part ?

Pourquoi doivent-ils utiliser la Bible, le nom de Jésus pour séduire le monde pour le compte de Satan ?

Le feu ne suit que là où il n’y a que de la paillasse asséchée. Satan ne peut séduire un homme par sa forme satanique, il doit se transformer en une belle femme ! Et c’est ici que la bible, le nom de Jésus apparaît comme un pas succulent pour attirer du gibier vers le piège, vers le trou, vers le gouffre de l’enfer.

Si la bible touchait en premier les pays comme le Sénégal, le Cameroun, la Lybie, le Tchad, bref, tous ces pays africains islamisés, le catholicisme régnerait en Maître au détriment du Coran. Seul le nom de Jésus y serait connu. Si Allah s’était étable en RDCongo avant Jésus, toute l’étendue de lu pays serait « religio-arabisée ». Il existe donc des églises rebelles, dissidentes de l’originalité, qui sont sorties de leurs frontières faute d’exercer dans leurs fiefs respectifs pour aller imposer leurs fausses doctrines qui reposent sur des bases fondamentales sataniques. Ce sont donc des églises parallèles dotées des pouvoirs magiques comme ceux des sacrificateurs, comme ceux des voyants du pharaon qui opposèrent leurs petits serpents au serpent de Moïse qui a fini par les avaler.

L’Afrique est la plus touchée par l’emprise du diable et ne cesse de ployer sous son joug. Parcourez les avenues de Kinshasa, pour ne citer qu’elle, et faites relever le nombre d’églises qui se dressent de part et d’aitres des avenues. Mais c’est incroyable ! Sur une avenue l’on peut compter au minimum huit églises, portant des noms tirées de la Bible. Il y en a qui se trouvent face à face et ont du mal à se faire entendre tant les décibels de musique lancée à tue-tête deviennent une véritables source de tapage, de pollution nerveuse. La Bible y est lue chaque jour du matin au soir en fonction des horaires et services bien repris sur le mur de façade. Si l’on paraphrasait quelqu’un, l’on dirait : JESUS PAIE BIEN.

Le businesse marche bien. Mais l’Afrique aura beau prier, mais au contraire sa prière semble être refoulée par le Ciel. A quel Dieu faut-il s’adresser exactement pendant qu’il y en a plusieurs sur le terrain : Allah, Jéhovah, Izuara, et Wamba (Mungu, Nzapa, Igwe) ?

 

La Bible, le Coran, le Samzara, voilà des choses importées qui apparaissent, spirituellement parlant, comme des digues, des barrages qui se dressent en véritables murs d’acier en face de l’homme africain et l’empêchent de passer au-delà, de passer de l’autre côté où ils pourraient et devraient plutôt retrouver leur voie de salut éternel tracée depuis la Création. La bible apparaît donc comme un gros grain d’or portant une étiquette sur laquelle l’on peut lire « Jésus-Christ est Dieu », lequel séduit et attire les gens de la terre. Or, comme le dit un adage, tout ce qui brille n’est pas or.

C’est le message que tous ces hommes de dieu mettent en exergue, placent au premier plan pour s’attirer des fidèles.

Oh africains, jusqu’à quand vos oreilles, vos yeux vont-ils s’ouvrir pour voir clair, clair comme à travers une bouteille, pour écouter ne fût-ce qu’une fois, cette voix qui crie au sein de la REMPAD pour faire revenir l’homme africain sur le chemin du salut éternel. Ce retour sur ce chemin parsemé de valeurs fondamentales ne ferait que procurer à l’Afrique bonheur et épanouissement selon la doctrine existante prêchée par la REMPAD, à travers la voix de Mpadi Buka Makengo Nsuka, reprise par le gardien de la Foi Mpadiste, Son Eminence Lulendo Bosekota Kitedika Mpadi.

 

Jésus est-il Dieu ? Non ! Mpadi le confirme, puisqu’il vient du ciel, puisqu’il est le vide et le plein, puisqu’il est le premier est le dernier, puisqu’il est l’Alpha et l’Omega, que Jésus est le deuxième Sauveur, comme lui, du peuple d’Israël après Moïse. Il devait venir sur terre en tant qu’homme en naissant d’un père et d’une mère humaine pour vivre parmi les hommes qui le remarqueraient par de hauts faits et miracles qui entoureraient sa personne dès la naissance.

Jésus est-il Dieu ? Non ! Il est venu sur terre pour sauver ceux qui sont de la maison d’Israël. Pour les enfants d’Israël uniquement. C’est clair ! Toute autre interprétation de cette phrase aurait pour effet nocif de conduire des innocents africains vers des ravins de la perdition éternelle.

Jésus est-il Dieu ? Mais que non !

Oh bande d’hypocrites hommes de dieu, bande de trompeurs, bande de sépulcres blanchis, bande de conducteurs aveugles, pourquoi n’ouvririez-vous pas des shops où vous vendriez des cacahuètes plutôt que d’ouvrir des boutiques-églises sous l’étiquette de Jésus dans l’unique but d’égarer des naïves personnes pendant que vous renflouez vos poches, pendant que vous vous la coulez douce et roulez carrosse ?

Tenez ! Jésus lui-même déclare, par ce verset qu’il est fils de Dieu, et que c’est le Père qui l’a envoyé ici sur terre pour apporter la bonne nouvelle aux enfants d’Israël et les délivrer du péché, de la perdition. Une façon pour lui de dire qu’il est simplement Fils et ne peut s’égaler au Père qui a plus d’un tour dans ses manches.

Le voici ce verset : Matthieu 24 : 36 : « Pour ce qui est du jour et de l’heure, personne ne les connaît, ni les anges du Ciel, ni le Fils, mais le Père SEUL ».

Ici, il est serait vraiment idiot de se lancer dans un débat contradictoire, comme on en voit sur les médias et où les soi-disant hommes de dieu, à force de ne pas arriver à contrôler leurs nerfs tendus à fond, versent visiblement dans une bassesse telle qu’ils sont au bord d’engager une rixe rangée. C’est le Père qui connaît tout et le Fils n’arrive pas à percer le secret du père. Autrement Jésus dirait : « Pour ce qui est du jour et de l’heure, personne ne les connaît, ni les anges du Ciel, sauf le Fils et le Père SEULS ». Mais il n’a pas dit ça.

Et en plus, pour terminer, à l’endroit de ces pasteurs qui pullulent comme corpuscules de la génération spontanée, Jésus a dit : Matthieu 24 : 4-5 : « Prenez garde, que personne ne vous séduise. Car plusieurs viendront en mon nom, en disant : c’est moi qui suis le Christ. Et ils séduiront beaucoup de gens.

Matthieu 24 : 23-24 : Si quelqu’un vous dit alors : le Christ est ici, ou : il est là, ne le croyez pas. Car il s’élèvera de faux christs et de faux prophètes, ils opéreront de grands signes et des prodiges au point de séduire si possible même les élus.

Matthieu 24 : 26 : Si donc on vous dit : Voici il est dans le désert, n’y allez pas ; voici : il est dans les chambres, ne le croyez pas.

Et moi je vous dis : cherchez à découvrir le message sacré de Mpadi Buka Makengo Nsuka, le premier Sauveur de l’Afrique, à travers la Religion Mpadiste (REMPAD), qui n’est pas une église, mais plutôt la seule voie indiquée et incontournable du salut éternel de l’homme africain, message que ne cesse de crier sur le toit du ciel africain, le Gardien de la Foi Mpadiste, Son Eminence LULENDO BOSEKOTA KITEDIKA MPADI-Fils. Ce message se résume en ceci : « L’homme africain a son Dieu, a ses ancêtres, a ses anges, a ses sauveurs, a sa porte d’accès au ciel où sa place lui est réservée (comme Jésus a promis sa place à l’un des bandits accroché au pieu). C’est au sein donc de la REMPAD qu’on doit s’imprégner de toutes connaissances divines pour marcher sur les pas de nos Sauveurs Kimbangu et Mpadi dans le respect des lois fondamentales qu’ils ont établies.

 

Lucas 

SOUTENEZ VOTRE BLOG

Avez-vous le désir de soutenir financièrement votre BLOG, comme l’ont suggéré certains lecteurs qui ont apprécié le service ?

Pa de souci alors !

Vous pouvez le faire par

ORANGE MONEY

au numéro suivant  00243 89 307 26 20

Merci.

Notre souci, vous servir toujours et bien !

 

Lire la suite

LE BATEAU-MYSTERE SUR LE LAC NZADI NSANGA

28 Novembre 2017 , Rédigé par Lucas Publié dans #RELIGION ANCESTRALE

Lulendo Bosekota Mpadi-Fils - Gardien de la Foi Mpadiste - Représentat Légal et Chef Spiituel la Religion Mpadiste : C'est lui la pierre d'angle dont les maçons et bâtisseurs d'un monde nouveau et juste auront besoin le moment venu. 3ème photo : Mpadi  bénissant trois américains in qui l'ont répéré en suivant une étoile mystérieuse.
Lulendo Bosekota Mpadi-Fils - Gardien de la Foi Mpadiste - Représentat Légal et Chef Spiituel la Religion Mpadiste : C'est lui la pierre d'angle dont les maçons et bâtisseurs d'un monde nouveau et juste auront besoin le moment venu. 3ème photo : Mpadi  bénissant trois américains in qui l'ont répéré en suivant une étoile mystérieuse.
Lulendo Bosekota Mpadi-Fils - Gardien de la Foi Mpadiste - Représentat Légal et Chef Spiituel la Religion Mpadiste : C'est lui la pierre d'angle dont les maçons et bâtisseurs d'un monde nouveau et juste auront besoin le moment venu. 3ème photo : Mpadi  bénissant trois américains in qui l'ont répéré en suivant une étoile mystérieuse.

Lulendo Bosekota Mpadi-Fils - Gardien de la Foi Mpadiste - Représentat Légal et Chef Spiituel la Religion Mpadiste : C'est lui la pierre d'angle dont les maçons et bâtisseurs d'un monde nouveau et juste auront besoin le moment venu. 3ème photo : Mpadi bénissant trois américains in qui l'ont répéré en suivant une étoile mystérieuse.

Pendant que le monde entier  célèbre ce 24/novembre, peut être à tort, peut-être à raison, peut-être par manque de clairvoyance, de lucidité, de connaissance, et que sais-je encore, la journée mondiale de la Bible, la Religion Mpadiste elle, commémore la journée du 23 novembre, date à laquelle apparaissait, un beau matin, dans toute sa grandeur, dans toute sa mysticité, un gros bateau sur le lac Nzadi Nsanga, dans le Kongo-Central, plus précisément dans la contrée de Kibambi, accessible par la route en terre battue qui, comme un affluent se faufilant, serpentant, à travers savanes, montagnes  et forêts, se détache de la Route Nationale n° 1 (Kin-Matadi) au niveau de la cité urbano-rurale de Kisantu, quartier Nkandu. Quatre-vingt kilomètres de route aux multiples bancs de sable sont à compter pour atteindre Kibambi. Et il faudrait un engin au moteur bien approprié pour braver l’implacabilité de la route afin d’arriver à bon port, sinon, l’on y laisserait ses plumes ! Sinon, l’on passerait bien de bonnes nuits à la belle étoile !

Nulle part ce lac n’existe sur aucune page des brochures de géographie existantes en RDCongo, en particulier et au monde entier, en général. Nulle part. Par sa petitesse, peut-être, il ne suscite aucun effet de curiosité de la part des passants. C’est comme s’il n’existait pas. Mais pourtant, ce lac existe bel et bien et constitue une composante d’un groupe de neuf lacs qui se connectent entre eux et reposent tranquillement au fond d’une vallée à quelques pas de la cité de Kibambi. Ce n’est pas sur le lac Kimpika, ni sur le lac Kinkela, ni sur celui portant le nom de Madimba, ni sur le Nkunga, ni sur le Nsengesi, ni sur le Nsiesi, le Nuni ou le Vusu que ce bateau est apparu, mais bien sur le lac Nzadi Nsanga.

A la simple lecture du titre, d’aucuns s’attendraient à un conte de fiction sorti de l’imagination d’un quelconque griot ou d’un quelconque conteur traditionnel, mais hélas, que non ! Cet événement a bel et bien eu lieu, en pleine époque où l’hégémonie du régime colonial flamand (belge) était totale et implacable sur toute l’étendue de la terre congolaise, alors colonie belge. C’est au matin du 23 novembre 1919 que toute la population de la contrée de Kibambi se réveilla sous le coup de cet événement inattendu et miraculeux, jamais vécu  auparavant dans aucun coin du monde, ni à l’époque de Jésus Emmanuel, ni à celle de Mahomet, ni à celle de Bouddha.

C’est dans la Bible du judaïsme, la vraie voie du salut des enfants d’Israël sur laquelle Jésus les invite à marcher pour accéder à l’esplanade céleste réservé pour eux, c’est là où il est fait mention de l’existence d’un bateau. Non pas un bateau venu du ciel comme c’est le cas de celui de Nzadi Nsanga, mais un bâtiment construit par l’ingéniosité d’un habile homme habile, NOE et dont le plan lui a été inspiré par Jéhovah, le Dieu des enfants d’Israêl.

Kibambi devint une entité administrative créée par la colonie et doit son nom aux ancêtres frères répondant au nom de Kibambi et qui à leur arrivée sur les lieux ouvrirent un village au nom de Kititi.

Ce matin-là du 23 novembre 1919, les prisonniers de Kibambi, comme d’habitude, se dirigèrent vers la vallée enchantée pour aller vider dans les eaux dormantes du lac leur conteneur d’excréments (matières fécales et urines dégagés pendant la nuit). Arrivés juste au point du chemin d’où s’offre une vue panoramique de la vallée, ils n’en crurent pas leurs yeux de constater que sur le lac, se dressait un gros bâtiment naval digne de haute mer, déployant douze étages en hauteur et duquel partait un refrain emballant qu’exécutaient tous les passagers du navire, tous vêtus d’une tenue uniforme kaki. Chemises, pantalons, robes, chaussures, képis ou foulards, eh bien tout était kaki. Ils chantaient de manière frénétique avec maints gestes des bras déployés en l’air, dans une joie, dans une effervescence indescriptible.

Les prisonniers, effrayés, sidérés, abasourdis par ce qui se passait au fond de la vallée, crurent aux revenants ou aux extra-terrestres et balancèrent leur conteneur dans l’herbe avant de détaler comme des lapins et n’eurent de répit que quand ils arrivèrent au lieu carcéral, tout essoufflés.

La nouvelle de cet événement se répandit sur toute la contrée de Kibambi et se répercuta à plusieurs kilomètres vers les villages environnants. Les gens accoururent de toutes parts pour aller voir de visu, l’apparition mystérieuse d’un immense paquebot suspendu sur les eaux du lac Nsanga et qui y flotta sur une période de trois mois durant, au bout de laquelle il disparut.

Par la suite, ses passagers, au nombre de 77.777.777.000 apparurent à une Maman, au nom de Luila-dia-Kiwula,  la mère de Mpadi Buka Makengo Nsuka, qui leur a servi, à chacun, un épi de maïs grillé (alors qu’elle n’en avait dans son panier que quarante-huit) et une poignée d’arachides. Chacun des visiteurs inconnus mangea à sa fin. Mystère !  Ceci se passa en date du 22 février 1920, à la croisée des chemins de la brousse de Kimbuengo, à quelques kilomètres de Kibambi, pendant qu’elle revenait des champs.

Si à cette époque une agence de tourisme était  placée à cet endroit, elle aurait réalisé des recettes incomptables, à voir les foules compactes des visiteurs qui ne cessaient de déferler sur les lieux comme des fourmis dont on venait de casser leur maison, leur termitière.

L’autorité coloniale belge-flamande eut vent des faits par l’agent territorial, l’Administrateur Van Binnebeck, et, vite, sans plus tarder, y dépêcha un groupe des missionnaires catholiques de la mission Mpese,  située à plus ou moins quinze kilomètres de Kibambi, sous la supervision de Monseigneur Delle Piane, qui en ces temps fut Délégué Apostolique  du Congo-Belge et du Ruanda-Urundi, dans le but de s’enquérir de la situation et essayer d’y mettre fin par des cérémonies liturgiques bien appropriées. Mais, malheureusement, il se fit qu’à la fin des cérémonies, il ne se passa aucun changement quant à la situation, et le bateau était toujours là, intact, avec ses passagers vibrant à jamais de joie et de gaieté.

C’est alors que l’option de l’usage du feu fut adoptée et un bataillon de la Force Publique Congolaise fut réquisitionné et envoyé sur les lieux pour faire disparaître, sans autre forme de procès, ces revenants gênants. Rien n’y fit !  Ils tirèrent sur le bateau jusqu’ à la dernière cartouche, jusqu’au dernier boulet, mais vraisemblablement celui-ci était invulnérable, intouchable. Ils en étaient même fatigués et n’arrivèrent pas à le faire couler.

Le troisième échec se fit remarquer au moment où la stratégie visant à jeter dans le lac de grosses quantités des marchandises (sacs de sucre, riz, sel, poisson salé, argent et autres) déchargées par une file interminable des camions et jetées dans le lac pour soi-disant essayer d’amadouer ces esprits étranges, ne put assouvir leurs attente.

Si cet événement n’est repris sur aucun document officiel existant sur le sol congolais, il n’est cependant pas exclu que celui-ci ne soit couché ou  raconté dans une belle brochure qui aujourd’hui figurerait sur un des rayonnages des archives de la royauté belge ou du Vatican, car, les missionnaires, les colonialistes, ne pouvaient laisser passer un tel miracle, jamais vécu au monde, sans en faire part, fut-il par écrit ou par image, au Roi belge et au Pape.

NZADI, dans le dialecte kongo signifie fleuve ou toute autre grande étendue d’eau. Sauf que l’océan dans son étonnante immensité, est appelé M’BU. Un petit lac est appelé ZANGA.

Mais quelle était la mission vouée à cette délégation venue du ciel et qui a « chutée » sur le sol congolais et plus précisément à Kibambi, dans le Kongo-Central ?

Ce n’était sûrement pas pour une tournée touristique, une promenade de loisir pour humer l’air frais terrestre. C’était pour autre chose, peut-être que l’on ignore ? C’était pour une mission bien spécifique, peut être ? Une mission divine, par exemple,  mais laquelle alors ?

Alors, n’hésitez pas un seul instant et suivez-nous par ce lien et vous en saurez plus.

http://multidimensions.over-blog.com/article-le-bateau-de-nzadi-nsanga-80048546.html

Et le moment venu où vous vous décideriez d’aller découvrir ces lacs pour sortir du doute dans lequel cet événement vous ferait plonger, alors, en ce moment, de toutes les bouches habitant la contrée, il vous sera raconté tout ce qui s’y était passé et l’on vous indiquera l’unique et seule personne, l’ incontournable, le Gardien de la Foi Mpadiste, le Représentant Légal et Chef Spirituel de la Religion Mpadiste qui tient dans ses mains la clef de connexion avec les passagers du Bateau mystérieux : cette personne mystérieuse aussi de son état, c’est bel et bien Son Eminence LULENDO BOSEKOTA MPADI.

Par Lucas

SOUTENEZ VOTRE BLOG

Avez-vous le désir de soutenir financièrement votre BLOG, comme l’ont suggéré certains lecteurs qui ont apprécié le service ?

Pa de souci alors !

Vous pouvez le faire par

ORANGE MONEY

au numéro suivant  00243 89 307 26 20

Merci.

Notre souci, vous servir toujours et bien !

 

Lire la suite

PLAINTE CONTRE JESUS-CHRIST POUR AVOIR DETRUIT UN TROUPEAU DE COCHONS

18 Mai 2017 , Rédigé par Lucas Publié dans #RELIGION ANCESTRALE

PLAINTE CONTRE JESUS-CHRIST POUR AVOIR DETRUIT UN TROUPEAU DE COCHONS

Ce jour, 15 avril, l'an 30,

Tribunal de Nazareth

Accusé : Jésus-Christ

Plaignant : Eleveur de bétail (cochon)

Motif : Destruction des bêtes

 

Le jugement demarre à 08 heures et draine beaucoup de curieux aux abords du bâtiment de justice. Accusé et plaignant sont assis sur des chaises, l'un à gauche et l'autre à droite du juge qui lui s'est installé confortablement à son bureau.

Le juge : Monsieur l'éleveur, que reprochez-vous au Monsieur que voici, votre accusé ?

L'éleveur : Monsieur le juge, je n'arrive pas à comprendre comment ce monsieur a-t-il osé tuer mes bêtes, comme ça, sans qu'il se rendre compte qu'il met en péril toute une famille de plus ou moins quinze personnes qui ne vivent que du revenu issu de la vente du produit de notre élevage. D'après mon fils qui faisait paître le troupeau sur le flanc de la montagne, il a vu cet homme suivi par une foule immense. En arrivant à la rizière du village, il s'est fait interpeller et il lui a été montré un malade qui roulait par terre et se débattant sous d'intenses mouvements convulsifs. Les parents de ce dernier lui ont demandé de le guérir après l'avoir supplié sous le nom de Rabbi. l'enfant raconte, car il suivait de près la situation, que le Rabbi en question a touché le malade, puis a dirigé son regard vers le ciel. Du coup coup, il a chassé semble-t-il tous ces démons qui habitaient dans le malade, le hantaient et le tourmentaient. Après un balbutiement des lèvres qui devait signifier une invocation des dieux, il dirigeait avec force son bras droit vers la montagne juste dans la direction où se trouvaient les bêtes. A la minute, l'enfant a senti que tout d'un coup toutes les bêtes s'étaient affolées, et comme injectées d'une puissante drogue qui agissait en elles, elles ont perdu l'usage de leurs instincts et se sont rués aveuglement vers la falaise au fond de laquelle elles ont fini par dégringoler et mourir.

L'enfant raconte qu'au même moment une couronne de rapaces tournaient paisiblement dans le ciel au dessus de la montagne. Alors pourquoi n'a-t-il pas dirigé les esprits sur ces oiseaux de malheur au lieu de s'en prendre à la richesse d'autrui. Je veux que cet homme soit puni et jugé de ses actes de fétichiste et de faiseur de miracles. Je voudrais une rapide réparation suite aux dommages subits et vu les conséquences néfastes auxquelles ma famille s'expose déjà. Voilà, Monsieur le juge ce que j'avais à dire.

Le juge : Avez-vous autre chose à ajouter, Mr l'éleveur ?

L'éleveur : Non, Mr le juge, rien pour le moment

Le juge : Bien ! Passons à l'enfant-berger : es-tu d'accord de la narration de ton père d'après ce que toi tu as vécu de visu et ce que tu lui as rapporté par la suite ?

L'enfant-berger : mon père a tout dit, Mr le juge. Il n'a rien ajouté ni retranché.

Le juge, se tournant vers Jésus-Christ, le regard perdu, comme fixé vers un objectif abstrait pendu au plafond du bâtiment. Monsieur l'Accusé, reconnaissez-vous les faits qui vous sont reprochés, tels que détaillés par le propriétaire du bétail ?

L'Accusé : Tu l'as dit, Mr le juge

L'éleveur : Voilà ! Il a reconnu son crime !

Le juge : vous n'avez pas la parole, Mr l'éleveur, c'est moi qui distribue la parole. Sinon... Mr l'Accusé, pouvez-vous être un peu plus explicite ?

L'Accusé : Ne jamais faire à autrui ce que tu ne veux pas que les autres te fassent. Qui tue par l'épée, périra par l'épée. De la façon dont vous offensez les autres, de la même manière vous le serez aussi. 

Le juge : Vous parlez en paraboles, Monsieur ! Qui êtes-vous donc ! 

L'Accusé : Je suis celui qui voit dans votre intérieur, dans votre âme comme à travers un vers d'eau. Je suis celui qui fut, qui est et qui sera !

Le juge : Mr l'éleveur, qu'avez-vous fait dans ton passé ? Avez-vous nui à quelqu'un ?

L'éleveur : je ne comprends rien de tout ce que raconte ce prophète de malheur. Il nous mène en diversion, croyez-moi, Mr le juge. Il nous embrouie et veut jouer aux fous ! J'ai rien fais moi qui puisse nuire à qui que ce soit ! Je vous le jure, Mr le juge !

Le juge : Revenons à vous Mr l'Accusé, vous qui lisez dans les coeurs des gens. Sachez que le blasphème peut vous coûter très cher. Alors, dites les choses clairement pour ne pas vous embarquer dans une autre condamnation pour cas d'hérésie. Soyez clair.

L'Accusé : Où l'éleveur a-t-il a envoyé les âmes de ses deux soeurs ? De le fille de son voisin ? De cinq enfants foudroyés pendant qu'ils rentraient des champs ? De ses deux premières femmes ? De sesdeux niè.......

L'éleveur :  C'est un menteur tout fait ! C'est un fou, il délire ! Je vais l'étrangler pour me rendre justice. Il ne s'imagine pas la merde qu'il a foutu dans mon foyer celui-là !

Le juge :  vous n'avez pas la parole, encore une fois, Mr l'éleveur. Vous  semblez excité à ce que vois, pendant que l'Accusé, lui, affiche un calme d'un grand et respectueux homme. Terminons vite cette affaire, je commence à en avoir assez, moi ! Mr l'Accusé, vous seul pouvez mettre fin à cette altercation si vous le voulez bien. Aidez-nous donc dans ce sens.

L'Accusé : Les esprits de ceux qu'il a sacrifiés, lui-même étant sorcier, errent dans la nature, je les ai vus crier vengeance, alors je les ai envoyés sur ce bétail pour que l'éleveur paie de ses crimes en attendant le dernier jour, celui de la résurrection et du grand jugement.

L'éleveur : Non ! Il ment toujours.

L'Accusé : Mr le juge. Je suis capable de reprendre ces esprits et les diriger sur l'éleveur. Comme cela, c'est lui qui ira se briser au fond de la falaise pendant que les bêtes reprendront vie. 

L'enfant-berger : Papa ! C'est Lui dont on dit qu'il Jésus de Nazareth, le fils de Dieu. C'est lui qui a guéri le bossu et les deux aveugles de l'autre village. Il n'est pas de ce monde.

Le juge : Mr l'éleveur, accepteriez-vous que ces esprits viennent loger en vous finalement ? Si voules  mettre cet homme au défi, eh bien allez-y. Mais à vos risques et périls !

L'éleveur s'agenouillant face à Jésus-Christ : Vous êtes Seigneur, je le vois, je le sens. J'ai entendu parler de Vous ! Pardonnez-moi de tout ce que j'ai fais ! Ecoutez-moi Seigneur ! Ayez pitié de moi !

Le juge : Que voulez-vous en réparation face à cette plainte "injustifiée" qui vous a conduit à la barre.

Jésus-Christ : Le ciel et la terre m'appartiennent. Tout est à moi ! Il est pardonné, mais en cas de récidive, il aura la prime qu'il cherche.

Le juge : la séance est levée ! A l'amiable donc ! Mr l'éleveur, vous passez voir le greffier pour payer "l'encre du stylo utilisé". Puis-je vous voir demain matin, Maître ?

Jésus de Nazareth : Je suis venu uniquement pour les brebis perdues d'Israël, Venez à moi vous tous qui êtes fatigués, apportez-moi vos lourds fardeaux et vous serez sauvés ! Tout celui qui me cherche me trouvera.

L'enfant-berger : Mais qu'est-ce que je vais faire moi maintenant, Maître ? Pensez à moi !

Jésus-Christ fixe d'un regard interrogateur sur le jeune homme et se dit qu'il a bien raison, qu'il n'a plus d'occupation et dit : "Demain à cinq heures du matin, mets-toi à marcher sur la grande route. Tu trouveras deux jeunes bêtes en errance tombées d'un chariot. Prends-les, c'est pour toi et personne ne t'en voudra !" Il se tourna et s'en alla, tenant sa soutane par les mains de sorte qu'elle ne frôla le sol après cette pluie qui s'était abattue pendant qu'il était à la barre !

L'enfant berger : agitant sa main en pas signe d'au revoir:  Bye ! Maître ! A+

On raconte que dans les années qui suivirent, ce gamin devint le plus gros éleveur de sa contrée et que ses bêtes étaient d'une telle qualité que les acheteurs, arrivant de tous coins de la terre, ne se dirigeaient que vers lui. Il fit fortune ! Quant à son père, il vécut très longtemps auprès de son fils auprès de qui il ne manqua de rien. Son enfant oublia tout de la sorcellerie de son père, car le Maître l'en avait pardonné, et à sa mort, il l'enterra avec tous les honneurs dus à un père. 

www.multidimensions.over-blog.com

SOUTENEZ VOTRE BLOG

Avez-vous le désir de soutenir financièrement votre BLOG, comme l’ont suggéré certains lecteurs qui ont apprécié le service ?

Pa de souci alors !

Vous pouvez le faire par

ORANGE MONEY

au numéro suivant  00243 89 307 26 20

Merci.

Notre souci, vous servir toujours et bien !

 

 

 

 

Lire la suite

MPADI BUKA MAKENGO NSUKA : LE RECORDMAN-PRISONNIER MONDIAL ENFIN LIBERE

15 Mai 2017 , Rédigé par Lucas Publié dans #RELIGION ANCESTRALE

La prison injuste de Mpadi prend fin le 01 Mai 1961 à la prison centrale du Katanga (Lubumbashi), il quitte Katanga le 05 Mai et atterrit à Kinshasa à 15h00 par vol d'un régulier DC4 de Sabena .

MPADI BUKA MAKENGO NSUKA, Second Sauveur de la race noire après (Simon) KIMBANGU DIATUNGUNA, qui en est le Premier, demeure l'homme noir le plus torturé de la planète et qui bat le record sur le nombre de maisons carcérales dans lesquelles il fut cloisonné par la simple volonté du colonisateur belge (flamand) et l'église missionnaire coloniale (catholique) -puisque autorité coloniale et église catholique ne faisaient en ces temps-là qu'un corps dans la direction et la gestion de la colonie, le Congo Belge (actuelle République Démocratique du Congo)- et ce, pour avoir osé proclamé tout haut la libération spirituelle de l'homme noir par la réhabilitation ou le rétablissement de la forteresse spirituelle de la race noire, détruite, rasée, sur le sol même de ses ancêtre, par l'invasion occidentale, marquée par l'arrivée de Diego-Caô en 1482. Il fallait donc détruire tout ce qui avait trait à la religion, à la célébration du culte voué à l'Être Suprême, le Dieu des Noirs, auquel chaque langue, chaque dialecte en terre africaine attribue un nom : par exemple Wamba a Mpungu Tulendu (dans le Bas-Congo, Vidi Mukulu dans le Kasaï, Nzapa, Nzawé, à l'Equateur et au Tchad, Igwé au Nigeria, etc...

C'est donc clair que quand les missionnaires catholiques débarquèrent en Afrique, plus précisément au Congo Démocratique deux ans après la découverte de l'embouchure du fleuve Congo par Diègo-Caö, d'ailleurs c'est lui qui les a embarqués sur son navire sur recommandations et instructions émanant du Vatican et de la Royauté belge, ceux-ci, les missionnaires bien sûr et leurs Chefs, savaient qu'il existait déjà des assemblées des autochtones au cours desquelles ils s'adonnaient à l'adoration d'un Être Supérieur qui s'élève par dessus tout, un Être Tout-Puissant à qui ils devaient toute leur existence. C'est leur Dieu. Et c'est à partir de cet élément que les envahisseurs peaufinèrent des stratégies secrètes pour arriver à changer les données sur le sol africain. Ainsi, la chrétienté finit par être imposée de force et commença son travail de sape, sur le plan spirituel. le feu Président Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu wa za Banga, avait crevé les médias du monde entier avec sa politique de l'Authenticité africaine, mais il n'y est allé que superficiellement, il n'avait pas touché à la fibre sensible qu'est la religion ancestrale, base de tout développement d'un peuple. L'aliénation spirituelle continue d'envelopper l'Afrique, de l'étouffer, de l'emballer dans de beau draps voilà bientôt six siècles, six cents (600) ans ! L'homme noir a perdu son identité et ne sait pas, spirituellement parlant, d'où il vient et où il part et à quel mur il va se buter.

C'est ici donc que se définit la mission de Kimbangu et de Mpadi, celle de sortir les noirs, d'où qu'ils soient, car dispersés à travers le monde par l'esclavage honteux, de les sortir donc de ce trou de perdition spirituelle dans lequel ils sont enfouis. Une mission extrêmement périlleuse qui sera réprimée sauvagement par les colons flamands, de connivence avec les églises étrangères chrétiennes et leur coûtera la vie. Kimbangu fut, après avoir accompli sa divine mission après seulement six mois, dont trois en public et trois autres de manière clandestine car fuyant la rage des colons, condamné à mort. Mais le roi des belges de l'époque eut le réflexe, usant de son autorité, de commuer cette condamnation en prison à perpétuité. Les miracles qu'il avait accomplis dont 146 morts ressuscités et et plus de 1700 malades guéris (paralytiques, bossus, mains sèches, aveugles, muets, etc, sans compter les malades qui ont déserté les hôpitaux pour être instantanément guéris par la main du Sauveur), lui ont valu la mort après trente ans de prison fermes (de 1921 à 1951).

Après l'arrestation de Kimbangu, Mpadi, qui comme tout enfant de l'époque, devait fréquenter quand même quelque part dans une école coloniale. Et c'est à la mission Protestante de  Sona-Bata qu'il avait été inscrit dans un programme formant des catéchistes. Il y était conduit par un missionnaire qui était allé le chercher dans son village natal après qu'il ait entendu dire des histoires mystérieuses d'ordre divin dont Mpadi, simple enfant, était l'objet. Mpadi quittera le Protestantisme pour prêter main-forte au Major Henri Becquet de qui il se départira le 05 septembre 1939. Sa présence dans les deux églises fut d'un apport considérables tans sur le nombre de fidèles qui allait toujours crescendo que sur la construction de nouvelles paroisses. Il avait la confiance de tous les fidèles. Il balancera sa veste marquée de SS lors d'une assemblée réunissant plus de 5.000 fidèles, le 05 septembre 1939, dont il était le prédicateur et à laquelle prenait part son Chef, le Major Henri Becquet. Il leva le camp après avoir rappelé à l'endroit du public qu'il a été dit que dans les jours à venir aucune pierre ne se pourra se mettre au dessus de l'autre.

Ce départ fut perçu comme une injure aux yeux du Major Becquet. Des rappels à la raison furent lancés mais Mpadi avait pris sa décision de partir à la reconstruction de l'édifice spirituel de nos ancêtres saccagé par les envahisseurs chétiens. Il devait donc répondre à un appel divin, à une voix divine, à un ordre supérieur, céleste, auxquels il était impossible de faire la sourde oreille. Le 07 septembre 1939, il envoie une délégation de 62 personnes, porteuses d'un manifeste à déposer auprès de l'Administrateur du Territoire de Madimba, Monsieur Jean Paquet, dans lequel il réclamait la réhabilitation de l'église des Noirs en Afrique (aujourd'hui REMPAD, Religion Mpadiste). La délégation n'arriva pas à l'heure prévue de 12 heures, et fut remarquée dans les confins de Madimba, et comme était en uniforme kaki, elle fut confondue à un bataillon allemand. Elle fut encerclée, arrêtée et jetée à la prison de Madimba, et plus tard, elle sera envoyée à la relégation punitive, loin de chez eux, en pleine forêt équatoriale où les attendaient les moustiques, les serpents, l'humidité, le froid, la chaleur, les bêtes féroces, la faim et tous les dangers qu'offre la vie sauvage équatoriale.

Mpadi pendant ce temps avait pris la route de Léopoldville (Kinshasa) pour aller déposer la copie du manifeste au Gouverneur Général de la Colonie, Pierre Reyckmans. Le mouvement de Mpadi fut traité de politico-religieux et subversif et son manifesté constitua pour les autorités coloniales une réclamation de l'indépendance.

Mpadi fut arrêté le 13 septembre et fut envoyé à la prison de Madimba. C'était le début du calvaire de Mpadi, le départ d'une nouvelle vie, marquée de pires souffrances et de pires tortures et pires traitements inhumains comme on n'en a jamais vu ! Un Mpadi "gouttera" à presque toutes les prisons de la République Démocratiques du Congo. Madimba, Ndolo, Boma, Ango, Ekafera, Elysabethville, Likasi, Buluwo. Kimbangu ne fut jamais interné à la prison de Boma comme aiment bien le raconter certaines langues versées dans la transfiguration de l'histoire spirituelle du premier Sauveur Kimbangu, c'est Mpadi plutôt qui y fut gardé et qui se libéra suite aux effets d'un coup de foudre qui ébranla la prison et provoqua une fissure dans la cellule sombre, exigüe et bétonnée où Mpadi était jeté. Monsieur Pennis (ortographe ?), le directeur de la prison de Boma n'en crut pas ses yeux !

Pour les colons, cette relégation avait le sens d'un voyage vers la mort, un voyage sans retour donc pour ainsi faire disparaître de la bouche des gens le nom de Kimbangu et de Mpadi. ils avaient compté sur les atrocités et calamités climatiques régionales qui devaient les décimer à petit feu, mais hélas, c'était sans savoir que ces relégués n'étaient pas seuls dans leur voyage semblable à celui des juifs vers les prisons nazies où les attendait l'incinération, la main divine ne les avait pas abandonnés et les couvrait à chaque seconde. Mpadi ne les avait pas non plus abandonnés et à tout moment était en communion avec son Dieu pour le sort de tous ces relégués, arrêtés seulement sur le simple fait d'avoir adhéré à sa cause. A cette époque des années 1900, où l'hégémonie coloniale était inébranlable, y avait-il un autre nègre qui eût de l'audace pour braver l'autorité des blancs en réclamant la réhabilitation de l'église ancestrale africaine interdite de fonctionnement ? Que non ! Personne ! Mais Mpadi le fit !

Mais aujourd'hui, plusieurs faux Mpadi ont apparu au grand jour, se faisant passer pour des prophètes, hommes de Dieu, pour des Mpadi réincarnés et encore et encore. Même ceux-là qui ont été malades et s'étaient rapprochés de Mpadi en quête de la guérison, même ceux l'ont qui l'on visité à longueur des journées courbant l'échine et rampant devant Mpadi pour soi-disant compiler des éléments de recherche sur la spiritualité africaine, même ceux-là se sont travestis aujourd'hui en grands prophètes et ont monté de fausses églises des noirs et vont pousser leur ingratitude jusqu'à oublier la source qui les a fait boire ! La religion est devenue en République Démocratique du Congo une affaire de sous, un business qui rapporte gros et dont les acteurs principaux roulent carrosse et se prélassent dans le luxe au détriment des fidèles naïfs sucés par des cotisations inimaginables.

A tous ceux-là, Mpadi dit : toi qui es devenu prophète opérant des miracles, mais si c'est au nom de Jésus-Christ que tu fais cela, tu n'es qu'un pur et simple imposteur. Et il demande : quel autre prophète connaît et dévoile ce message de salut de l'homme noir depuis l'époque coloniale si ce n'est NOUS les Mpadi. Il dit NOUS pour signifier qu'en lui demeure Kimbangu et les deux font UN. Que ce soit du côté de la chrétienté que de celui de la religion ancestrale fossoyée par des faux prophètes noirs, Mpadi Mpadi lance un SOS et invite tous les africains à se ranger du côté de Wamba wa Mpungu Tulendo par le biais de la Religion Mpadiste, conduite aujourd'hui par le Représentant Légal Chef Spirituel, le Gardien de la Foi Mpadiste, Son Eminence Lulendo Kitedika Mpadi, car tout ce qui a été dans le temps, reviendra.

La LIBERATION : Mpadi avait dit à tous ses fidèles de tenir bon, car la prison allait prendre fin pour bientôt. Ce qui est dit est dit, ce qui est fait est fait. Le 1er Mai 1960, les documents de libération sont signés sous la contestation sournoise des chefs des religions étrangères. Tout le Katanga est en effervescence, en fête totale : le Sauveur est libéré. Le 05 Mai, il quitte le Katanga (Elisabethville, actuellement Lubumbashi) et regagne Kinshasa par un vol DC4 de la ligne Sabena Airlines. Il atterrit à 15 heures, heure de Léopoldville (Kinshasa) et l'aéroport de Ndjili est plein comme un oeuf, plein à craquer. Le Sauveur, qui a vécu aux côtés de Kimbangu est de retour. A l'aéroport tout comme à sa résidence de Yolo, Mpadi reçoit plusieurs personnalités du monde religieux. Au cours de ses rencontres, il a dévoilé son plan religieux pour la République Démocratique du Congo en particulier  et pour l'Afrique en général, selon les directives et dispositions arrêtées ensemble avec Kimbangu. Mais, hélas, ceux à qui il s'adresse, sont imbus des doctrines secrètes et noires qui vont à l'encontre de celle lumineuse de Mpadi. Mpadi est abandonné à lui-même, mais ne se fatiguera jamais et divulguera son message divin de salut de l'homme noir jusqu'au jour de son dernier voyage vers l'Est, où s'étend le Ciel réservé à l'homme noir, c'était le 19 Mars 1991.

Rien n'est pourra stopper le Mpadisme, il mouvera jusqu'à l'accomplissement de la mission lui confiée par Wamba. Il reste la seule voie du salut spirituel de l'homme noir. Et quand le spirituel est assis, tout marche pour le bonheur des peuples ! Mpadi et Kimbangu sont partis, mais les Sauveurs ne meurent pas, ils sont le début et le commencement et leur réincarnation, leur rejeton est là pour continuer cette gigantesque mission : c'est Lulendo Bosekota Kitedika Mpadi.

Mpadi n'est pas parti, il attend tous ses détracteurs, tous ces prophètes de la mort, de la perdition de l'homme noir au tournant !

Qui vivra verra !

SOUTENEZ VOTRE BLOG

Avez-vous le désir de soutenir financièrement votre BLOG, comme l’ont suggéré certains lecteurs qui ont apprécié le service ?

Pa de souci alors !

Vous pouvez le faire par

ORANGE MONEY

au numéro suivant  00243 89 307 26 20

Merci.

Notre souci, vous servir toujours et bien !

 

Images sur la Prison de Boma où fut incarcéré Mpadi. Kimbangu n'y fut jamais interné.
Images sur la Prison de Boma où fut incarcéré Mpadi. Kimbangu n'y fut jamais interné.
Images sur la Prison de Boma où fut incarcéré Mpadi. Kimbangu n'y fut jamais interné.
Images sur la Prison de Boma où fut incarcéré Mpadi. Kimbangu n'y fut jamais interné.

Images sur la Prison de Boma où fut incarcéré Mpadi. Kimbangu n'y fut jamais interné.

Photo du manguier auquel Mpadi était attaché à Madimba. L'on peut voir, jusqu'aujourd'hui, la jante d'une roue enfoncée dans l'arbre, d'où partaient les grosses chaîne qui le retenaient. Il lui était demandé de suivre le mouvement du soleil de ses yeux, du matin au soir sous la surveillance d'un policier commis à sa garde.

Photo du manguier auquel Mpadi était attaché à Madimba. L'on peut voir, jusqu'aujourd'hui, la jante d'une roue enfoncée dans l'arbre, d'où partaient les grosses chaîne qui le retenaient. Il lui était demandé de suivre le mouvement du soleil de ses yeux, du matin au soir sous la surveillance d'un policier commis à sa garde.

Libération le 01/05/1960. Arrivée triomphale de Mpadi à Kinshasa le 05/05/1960, à bord de l'avion DC4 de Sabena Airways affrété par l'autorité coloniale belge. Le cortège était parti à pied (la population poussant la voiture décapotable par les mains) de la prison de Boulowo jusqu'à la Prison d'Elysabethville.

Libération le 01/05/1960. Arrivée triomphale de Mpadi à Kinshasa le 05/05/1960, à bord de l'avion DC4 de Sabena Airways affrété par l'autorité coloniale belge. Le cortège était parti à pied (la population poussant la voiture décapotable par les mains) de la prison de Boulowo jusqu'à la Prison d'Elysabethville.

Lire la suite

MPADI BUKA MAKENGO NSUKA A DIT : JE SUIS L'ALPHA ET L'OMEGA

30 Mars 2017 , Rédigé par Lucas Publié dans #RELIGION ANCESTRALE

MPADI BUKA MAKENGO NSUKA : SECOND SAUVEUR DES NOIRS APRES SIMON KIMBANGU

MPADI BUKA MAKENGO NSUKA : SECOND SAUVEUR DES NOIRS APRES SIMON KIMBANGU

SOUTENEZ VOTRE BLOG

Avez-vous le désir de soutenir financièrement votre BLOG, comme l’ont suggéré certains lecteurs qui ont apprécié le service ?

Pa de souci alors !

Vous pouvez le faire par

ORANGE MONEY

au numéro suivant  00243 89 307 26 20

Merci.

Notre souci, vous servir toujours et bien !

Lire la suite

Mpadi rèvèle : Afrique, Six siècles d'aliénation - 2 x 2 = 6

15 Juin 2016 , Rédigé par Lucas Publié dans #RELIGION ANCESTRALE

Mpadi est le professeur qui vient corriger une opération mathématique seculaire restée incrustée dans les méninges de l'homme noir depuis la triste époque d'invasion coloniale. Et cette opération n'est autre que celle-ci : 2 x 2 = 6.

Cette anecdote parle d'un promoteur d'une grande école qui sur une période de plus de dix ans à déversé de nombreux finalistes sur le marché de l'emploi et des services. Mais, partout où ces finalistes sont passés, ils ont travaillé tous avec cette même défaillance qui est demeurée collée sur eux et dont ils n'en ressentent aucune honte, bien au contraire, qu'ils s'en regaillardissent !

Des inspecteurs finiront par effectuer une descente routinière de contrôle éducationnel à cette école renommée qui fait la fierté de la région. Ils y verront que tout est en ordre, tout est impecable, bref les leux sont viables et même plus que les autres écoles. Mais sur le plan pédagogique, c'est là où les choses vont s'empirer. Quelques questions/réponses en français qui se sont déroulées dans différentes classes au cours desquelles les apprenants se sont bien comportés, ont constitué encore l'objet de preuve majeure d'une bonne éducation s'y dispensant et d'un bon suivi des éléves. Passant alors aux exercices mathématique,s c'est ici que les inspecteurs découvrent la nullité ou la nudité des élèves.

A la question de calcul élémentaire 2 x 2 égalent combien ? Tous les élèves de cette école ont répondu : 6, au grand dam et étonnement des inspeccteurs, qui, sans tarder s'en sont pris au promoteur de l'école et du corps professoral. C'est grave et c'est incroyable ! Même tous ces grands messieurs universitaires souffrent de la même tare étant donné qu'ils sont passés par cette même école. Les élèves ont toujours cette manie de dire : " c'est ainsi que nos mâitres nous ont appris".i

Alors ! Il fallait maintenant passer un frottoir au tableau noir afin de remplacer 2 x 2 = 6

par 2 x 2 = 4, qui est le bon résultat. Il fallait un professeur qui vienne prouver à tous, maîtres et élèves que 2 x 2 font 4. et non 6. Et ils ont intérât à le faire !

C'est en parabole que Mpadi parle comme le faisait également Jésus, pour bien inculquer les enseignements sacrés dans la tête de tous ceux qui les suivaient pour les écouter et essayer ainsi de naître de nouveau. Faut-il vraiment faire un dessin pour montrer ce à quoi retourne, rime cette parabole ou anecdote de Mpadi. Non; bien sûr ! Mpadi parle du calcul spirituel qui aliène toute une race, la race noire, rien que par une seule citation que le monde entier reprend en refrain : "Jésus-Christ est le Sauveur du monde".

Mpadi, par son avènement, est le seul qui a eu cette bravoure, ce courage, de dire à la face du colonialiste belge et des missionnaires de tous bords que Jésus-Christ n'ést pas universel et ni moins le Sauveur des noirs. Il est tout simplement venu dans le seul et unique but de sauver les enfants d'Israël. La Bible le dit, Jéhovah l'a dit et lui-même Jésus n'a cessé de le dire tout au long de ses prédications. Alors, qui doit tromper qui ?

Mpadi est venu mettre de l'ordre dans la boutique et s'oppose maintenant à une gigantesque tâche qui consiste à "désintoxiquer" tous les noirs et les remettre sur la voie du salut, de la délivrance de l'âme de l'homme noir, voie dont il connaît comme on dit, tous les rouages.

Et pour bien convaincre, Mpadi dévoile le secret de la création du monde, de la cosmogonie, avec au départ Dieu le Tout-Puissant et douze êtres vivants qui, tous ensemble, forment un bloc de 13 donc au départ. Dieu Tout-Puissant, Créateur fera le monde par simple parole avec 4 points cardinaux qui sont les 4 portes célestes pour les 4 races humaines du monde. A chaque point ou porte, le Tout-Puissant placera un Dieu-Représentant. A chaque coin, il placera 2 ancêtres (homme et femme). Si l'on récapitule : 1 (Dieu TP) + 4 (Dieu Représentant) + 8 ancêtres = 13. Ces ancêtres mourront et reviendront plus tard comme sauveurs, mais tous deux seront de sexe masculin.

Sur simple parole, Dieu TP créera en premier lieu le noir, en deuxième lieu le jaune, le rouge en 3è position et le blanc en 4ème. Il n'a pas modelé de l'argile. C'est sur simple parole, pleine de puissance, pleine de vie qu'il a tout fait. Le Tout-Puissnt donnera le jour sacré pour chaque race, son livre sacré et personne, alors personne ne peut aller empiéter les plates-bandes de autres.

Mpadi va loin et largue sa bombe en donnant les noms des huit ancêtres et efface ainsi le tableau plein de faussetés et apporte la lumière qui va mettre fin à l'obscurité, au mensonge, au faux calcul 2 X 2 = 6 et à l'aliénation de plus de cinq siècles depuis l'époque invasive.

Les noms des Représentants, des ancêtres vous seront communiqués tout prochainement. Attention ! ça va faire mal ! Il y aura des grincements des dents ! attachez vos ceinture ! Mais Mpadi a dit : "Il fallait que toutes ces choses se sachent pour que la vérité triomphât"

(A suivre)

SOUTENEZ VOTRE BLOG

Avez-vous le désir de soutenir financièrement votre BLOG, comme l’ont suggéré certains lecteurs qui ont apprécié le service ?

Pa de souci alors !

Vous pouvez le faire par

ORANGE MONEY

au numéro suivant  00243 89 307 26 20

Merci.

Notre souci, vous servir toujours et bien !

 

Lire la suite
1 2 3 > >>